Michel Séonnet, Perdu qui comme Ulysse fait un long voyage

Le bar Floréal édition, 199, 148 pages.

Jean Monge

Référence(s) :

Michel Séonnet, Perdu qui comme Ulysse fait un long voyage, Le bar Floréal édition, 199, 148 pages.

Citer cet article

Référence électronique

Jean Monge, « Michel Séonnet, Perdu qui comme Ulysse fait un long voyage », Revue Quart Monde [En ligne], 170 | 1999/2, mis en ligne le 27 mai 2020, consulté le 05 octobre 2022. URL : https://www.revue-quartmonde.org/9468

Fréquentant la Maison de la Solidarité de Gennevilliers, l’auteur a proposé aux SDF, qui vont et viennent, d’écrire sur eux, leur histoire, leur vie.

Pour aider les SDF, les soutenir, l’auteur leur lit l’Odyssée d’Homère. Et ça marche.

Comme Ulysse, les SDF voyagent sur des chemins perdus... Avec énormément de pudeur : leurs souffrances, leur courage, leurs amitiés, leurs rêves, leurs espoirs. Souvent avec une formulation ramassée, belle, qui frappe. Cela sonne juste, c’est fort, vrai, pathétique.

Il n’est pas facile de produire de la poésie, de la beauté sur la misère. Est-ce judicieux ? Ici, cela semble réussi. Pour en apprécier les témoignages, leur profondeur, leur humanité, il faut les « écouter » à petites doses. Un très beau livre : photos, texte poétique, papier, mise en page.

Jean Monge

Articles du même auteur

CC BY-NC-ND