Daniel Fayard, Damien-Guillaume Audollent, Combattre l’exclusion

Éd. Milan, col. Les Essentiels, 1999, 64 p.

Louis Join-Lambert

Bibliographical reference

Daniel Fayard, Damien-Guillaume Audollent, Combattre l’exclusion, Éd. Milan, col. Les Essentiels, 1999, 64 p.

References

Electronic reference

Louis Join-Lambert, « Daniel Fayard, Damien-Guillaume Audollent, Combattre l’exclusion », Revue Quart Monde [Online], 175 | 2000/3, Online since 27 May 2020, connection on 30 November 2022. URL : https://www.revue-quartmonde.org/9489

1 septembre 2000

1 février 2001

Précarité, chômage, misère, exclusion sociale : quels sont les mécanismes de la pauvreté ? Peut-on enrayer la montée de l’exclusion ? Qu’en pensent ceux qui la subissent ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles se propose de répondre ce petit livre. « La lumière ne peut être saisie qu’à partir de la nuit totale ; de même, on ne peut comprendre et saisir les droits de l’homme qu’à partir de ceux qui en sont intégralement privés. Il devient urgent d’introduire les plus pauvres, leur condition, leur parole, dans la pensée contemporaine sur la société, sur la démocratie, sur les droits de l’homme. » Ces mots de Joseph Wresinski pourraient résumer le propos des auteurs, un volontaire et un allié d’ATD Quart Monde.

Parcours balisé, donc. Première étape : si l’on veut vaincre l’exclusion sociale, il faut commencer par comprendre ce que vivent les plus pauvres, les premiers à prendre la parole dans ces pages. Puis l’ouvrage tente de définir les notions d’inégalités, de précarité, de grande pauvreté, d’exclusion, de développement humain.

Deuxième étape : retour sur quelques siècles de misère en Europe. L’accent est mis sur le chemin parcouru par une civilisation et sur les difficultés rencontrées par les plus pauvres pour exister au sein d’une société qui peu à peu s’épanouit et se structure.

Troisième étape : la mobilisation contemporaine, ou comment, depuis un demi-siècle, de l’Appel de l’Abbé Pierre (1954) au vote en France d’une loi de lutte contre les exclusions (1998), sans oublier la réflexion menée dans les instances européennes et à l’ONU depuis les années 80, des initiatives citoyennes, associatives, institutionnelles, législatives, internationales, constituent peu à peu, pas à pas, les bases d’un courant d’opinion fondé sur le respect de l’égale dignité de tous.

Voilà bien le maître-mot de cet ouvrage : « égale dignité ». Quatrième étape : partout où elle sévit, la misère méprise les droits fondamentaux et les aspirations de ceux qui la subissent. Elle est une violation des droits de l’homme, comme l’a définie Joseph Wresinski. Réflexion reprise tout particulièrement avec les travaux dirigés à l’ONU par Leandro Despouy.

C’est pourquoi – cinquième étape – nous avons collectivement et individuellement la responsabilité d’agir. Détruire la misère n’est pas un objectif irréaliste. Ce nécessaire engagement civique se décline en termes de combat pour la justice, la citoyenneté, la culture, en partenariats divers à nouer au quotidien entre la société et les plus démunis. La lutte contre l’exclusion, dont les plus défavorisés sont les premiers acteurs, peut et doit s’inscrire dans les politiques publiques, et se concrétiser dans toutes les relations sociales.

Organisé en double-pages qui permettent une lecture transversale, nourri de citations récentes, agrémenté de photos et d’illustrations qui prolongent le propos tout en l’égayant, ce livre donne des clés à tous ceux qui veulent comprendre ce que signifie « refuser la misère ».

Louis Join-Lambert

By this author

CC BY-NC-ND