Ton van Zantvoort. No Way

Documentaire

Bella Lehmann Berdugo

p. 47

Bibliographical reference

No Way, Ton van Zantvoort, Pays-Bas, Documentaire, 1h35, VOST, 10 octobre

References

Bibliographical reference

Bella Lehmann Berdugo, « Ton van Zantvoort. No Way », Revue Quart Monde, 256 | 2020/4, 47.

Electronic reference

Bella Lehmann Berdugo, « Ton van Zantvoort. No Way », Revue Quart Monde [Online], 256 | 2020/4, Online since 01 December 2020, connection on 12 April 2021. URL : https://www.revue-quartmonde.org/10096

Il s’agit bien d’un documentaire1, mais le réalisateur nous fait entrer dans la vie du protagoniste comme dans celle d’un véritable personnage. Avec son regard bleu et franc, son allure de cow-boy solitaire, Stijn Hilgers mène son troupeau de moutons dans la brumeuse lande néerlandaise. Il est l’un des derniers bergers traditionnels des Pays-Bas et ses bêtes une race en perdition2. Ces hommes sont devenus un patrimoine immatériel culturel, pourtant le budget du pays consacré à la nature et à la culture a baissé de 70 %.

Nous suivons les combats du héros avec l’agence régionale de gestion, nous suivons sa femme qui tient la comptabilité et tant d’autres postes. Son fils l’accompagne parfois dans ses pâturages ou à la ferme. Belles scènes où le père transmet un savoir immémorial à une génération pour qui il est peut-être trop tard. Stijn n’est pas seulement un homme accroché à ses idéaux, militant dans un monde dominé par la loi du marché. Lorsqu’il perd son principal contrat de pâturage, son pragmatisme et son courage le transforment — contre son gré — en entrepreneur moderne, entraînant avec lui femme, enfant et parents. Il organise des déambulations dans la ville avec son troupeau, s’improvise boucher et restaurateur (repas à la ferme). Il intervient à la radio et à la télévision, dans un regroupement professionnel. Il se bat pour préserver son métier, inscrit de tout temps dans un écosystème3. Année après année, la mécanisation, la concurrence, la baisse des subventions et les embûches administratives auront raison de vingt ans passés à son compte. Parce qu’il a la responsabilité d’une famille, il finira par abandonner le métier. « Mon rêve, c’était de vivre de la terre sans faire de mal à personne ».

Les prises de vues, la lumière dorée rasante sur la lande, les gros plans de visages, les panoramiques de moutons blottis les uns contre les autres, avançant à l’unisson, subliment ce métier, cette région préservée en sursis. Stijn nomme ses bêtes avec tendresse : « mademoiselle », « ma fille ». Nous nous attachons à ce personnage, à son histoire, à son univers. On peut penser que l’amitié du réalisateur le fait parfois « coller » à son sujet. Pourtant il pose ici une question universelle : peut-on vivre avec des idéaux malgré la pression que la société nous impose ?

1 No Way, Ton van Zantvoort, Pays-Bas, Documentaire, 1h35, VOST, 10 octobre

2 Le Texel est une race qui associe ses aptitudes bouchères (comportant peu de gras et présentant un excellent rendement de carcasse) à de très bonnes

3 L’élevage d’herbivores joue un rôle déterminant dans le maintien de la biodiversité de la flore et de la faune. Le pâturage sur les dunes est

1 No Way, Ton van Zantvoort, Pays-Bas, Documentaire, 1h35, VOST, 10 octobre

2 Le Texel est une race qui associe ses aptitudes bouchères (comportant peu de gras et présentant un excellent rendement de carcasse) à de très bonnes qualités maternelles (agneaux), ainsi que la fabrication de la laine (payée 10 cts le kilo).

3 L’élevage d’herbivores joue un rôle déterminant dans le maintien de la biodiversité de la flore et de la faune. Le pâturage sur les dunes est considéré comme un moyen efficace de valoriser les terres agricoles aux Pays-Bas, qui servent à l’épuration de l’eau des lacs pour les besoins de la population locale en eau potable.

Bella Lehmann Berdugo

By this author

CC BY-NC-ND