Le théâtre, un long parcours de « réenchantement » social

Philippe Osmalin

p. 4-10

Citer cet article

Référence papier

Philippe Osmalin, « Le théâtre, un long parcours de « réenchantement » social », Revue Quart Monde, 262 | 2022/2, 4-10.

Référence électronique

Philippe Osmalin, « Le théâtre, un long parcours de « réenchantement » social », Revue Quart Monde [En ligne], 262 | 2022/2, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 28 juin 2022. URL : https://www.revue-quartmonde.org/10664

Le théâtre peut être à la portée de tous et toutes, en particulier des personnes en situation de fragilité, par de multiples « chemins de traverse » plus ou moins familiers ou à défricher. Revenant aux sources du théâtre comme « art de l’humain » et véritable « service public », l’auteur évoque les évolutions apparues au cours des siècles, jusqu’aux expériences multiples qui sont menées aujourd’hui dans différents cadres de pratiques théâtrales, favorisant la mixité sociale et avec un souci d’exigence reconnu.

« L’homme habite poétiquement la terre », disait Hölderlin. Et Edgar Morin, dans Pour une politique de civilisation, de suggérer que ce « poétique » soit à prendre au sens anthropologique comme « une façon de vivre dans la participation… la jouissance, la communion… le rite… la danse, le chant… la liesse… [jusqu’à] l’extase ».

Au cœur de l’humain

Le théâtre peut tout à fait se présenter comme une illustration de cette fonction « poétique », comme un indéniable processus de vie : comme les mailles de la construction de soi par le tissage collectif et ses manifestations culturelles de cohésion, d’exaltation et de liberté.

Et c’est bien là que devrait s’inscrire le processus social d’intégration de tout individu, et que devrait se mettre en place l’enjeu d’un réel humanisme, l’éthique d’un réenchantement du tissu social : aider chacun à accéder au statut de personne pleinement responsable, et qui soit capable de prendre part à la société en toute conscience et ferveur sans jamais cesser ...

1 E. Morin, Pour une politique de civilisation, Éd. Arléa, 2008, p. 50.

2 On pense que toute la population sans distinction de classe, de genre, d’âge pouvait se rendre aux représentations, y compris les esclaves.

3 Catharsis (selon Aristote) : la purification de l’âme délivrée de ses passions chez le spectateur d’une pièce de théâtre dramatique.

4 Au Moyen-âge le théâtre est gratuit et accessible à tous, et s’inscrit essentiellement dans un cadre religieux – même s’il existe des formes

5 Du reste, le théâtre, à partir du 16siècle, ne se développe pas de la même manière suivant les pays. Ainsi, le théâtre élisabéthain, avec

6 Émile ou de l’éducation, livre quatrième, Éd. GF, p. 450.

7 Et pourtant l’école républicaine utilise certains des rituels théâtraux pour faire de la classe ou de l’amphithéâtre (ce terme même directement

8 Voir notamment le courant philosophique américain du pragmatisme de la fin du 19e siècle et, dans son sillage, la construction pédagogique de John

9 Voir l’ouvrage collectif de l’EPJD au titre fortement évocateur : Faire des vivants : Éducation par le jeu dramatique, Les Chroniques intempestives

10 Ce qui va conduire à ce qui fut si longtemps en France l’image du théâtre auprès des enfants (et des parents) : caduc, ennuyeux, austère…

11 Voir L’Appareil d’action culturelle de J. Ion, B. Miege, A.-N. Roux, Éd. Universitaires, Paris, 1974.

12 L’idée d’un « retour » à un théâtre populaire était apparue dès la toute fin du 19e siècle autour d’auteurs et intellectuels (comme Emile Zola)

13 Voir l’ouvrage de réflexions de J. Vilar, De la tradition théâtrale, Éd. L’Arche, 1999.

14 La FNCTA recense actuellement près de 1 700 troupes sur toute la France et 20 000 licenciés.

15 On peut penser aux expériences de théâtre menées dès les origines du Mouvement, comme l’Antigone de Sophocle. Voir l’article en p. 20 de ce dossier

16 Après la parenthèse de la riche expérience de Vilar, si novatrice en France et finalement en partie avortée. Ainsi, son « Festival populaire » d’

17 Voir notamment à ce sujet la Déclaration de Fribourg, publiée en 2007, résultat de près de 20 ans de recherche.

18 On peut se reporter au livret de l’association Aide et Action écrit en collaboration avec Philippe Osmalin : Pratiques théâtrales et apprentissages

19 Sur ce concept on peut consulter différents ouvrages du sociologue Jean-Claude Kaufmann, et notamment L’invention de soi – une théorie de l’

20 Voir notamment les travaux du neurophysiologiste Antonio Damasio, et tout particulièrement son ouvrage essentiel L’erreur de Descartes : la raison

Philippe Osmalin

Chargé de cours à l’Université en master de sciences sociales et éducatives, Philippe Osmalin est metteur en scène, comédien, formateur-pédagogue et dirige la compagnie Théâtre de la Fugue ; il est partenaire solidaire et allié d’ATD Quart Monde depuis 2016.

Articles du même auteur

CC BY-NC-ND