Lettre ouverte de jeunes Rroms européens

Jeunes Rroms européens

References

Electronic reference

Jeunes Rroms européens, « Lettre ouverte de jeunes Rroms européens », Revue Quart Monde [Online], 177 | 2001/1, Online since 01 September 2001, connection on 25 October 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/1617

Le texte intégral de cette lettre adressée au Conseil de l'Europe, à l'Union européenne, à l'OSCE, au UNCHR, à l'ONU, à M. Bernard Kouchner, au Département d'État (Washington), aux Gouvernements européens et partis politiques dans leurs pays, aux ONG humanitaires, aux ONG rromani, Rroms du Kosovo et Rroms réfugiés, a été publié dans Études tsiganes, nouvelle série, volume 13 (1999)

Les Rroms1 ne sont plus des victimes passives, ils veulent être des partenaires actifs dans l'édification d'une société multiculturelle.

Du 28 novembre au 5 décembre 1999, nous, vingt jeunes Rroms représentants d'ONG romani de jeunesse et venant d'Allemagne, de Bulgarie, de Croatie, de Finlande, de France, de Grèce, de Hongrie, de Macédoine, de Moldavie, de République Tchèque, de Roumanie, de Suède et de Yougoslavie, nous sommes réunis à l'invitation du FERYP (Forum des jeunes Rroms européens) pour participer à un séminaire organisé en coopération avec la Direction de la Jeunesse et du Sport du Conseil de l'Europe.

L'Europe a récemment célébré le dixième anniversaire de la chute du rideau de fer. Pourtant, les médias et les institutions internationales font apparaître de plus en plus clairement que les Rroms, qui constituent la minorité la plus importante d'Europe, ont été la cible de violences racistes dans de nombreux pays, et en particulier dans certains pays post-communistes... Au cours des derniers mois, notre peuple a été confronté à des violations de plus en plus flagrantes des droits de l'homme. Nous reconnaissons qu'aujourd'hui les institutions internationales et les médias nous ignorent moins que par le passé, mais nous demandons des actions concrètes et urgentes car la vie de milliers de personnes est gravement menacée.

En ce moment, la tragédie la plus alarmante est la situation de la population rromani du Kosovo. Aucun de ces Rroms n'a voulu la guerre, mais tous en ont souffert et en souffrent encore...

Les demandeurs d'asile rroms ont plus de problèmes que les autres pour obtenir la reconnaissance de leur statut. Des réfugiés sont renvoyés contre leur gré, même lorsqu'il existe des accords internationaux permettant aux Rroms de rester pour le moment là où ils ont été accueillis. Des réfugiés sont victimes de ségrégation en ayant accès à moins de protection et d'aide humanitaire... Les pays hôtes voisins, comme la Croatie, la Macédoine et la Yougoslavie ne reçoivent pas assez d'aide pour être en mesure d'aider efficacement ces gens...

Nous exigeons, dans cette situation, que des plans concrets d'action à moyen et à long termes soient rapidement établis et mis en route dans les domaines suivants :

– que les différents groupes rroms du Kosovo participent expressément à travers leurs experts et leurs dirigeants à tous les pourparlers les concernant, au sein des institutions internationales et dans le Pacte de stabilité ;

– que des recherches et des études de fond sur la véritable situation des Rroms au Kosovo et des Rroms réfugiés soient réalisées sous le contrôle des ONG internationales et des experts et dirigeants rroms ;

– que tous les Rroms réfugiés du Kosovo, où qu'ils se trouvent en Europe, aient la liberté de choisir où ils veulent aller et obtenir un soutien pour de meilleures conditions de vie ;

– que, dans l'attente de nouveaux progrès de la situation et de l'engagement ferme de toutes les parties de respecter les droits de l'homme, tous les réfugiés rroms obtiennent le statut officiel de réfugiés, sans restrictions ;

– que les Rroms réfugiés ne soient pas déplacés d'un endroit à un autre par la seule volonté de l'Etat ;

– que les pays hôtes bénéficient de moyens adéquats pour assurer de meilleures conditions aux réfugiés ;

– que des programmes de soutien psychologique soient organisés pour aider ces gens à dépasser leur peur constante pour leurs enfants et leur avenir ;

– que des activités de réconciliation, médiation et relations interculturelles soient développées avec toutes ces différentes communautés, qui ont auparavant vécu ensemble pendant plus de cinq cents ans.

La situation des Rroms du Kosovo ne doit pas conduire à négliger les discriminations présentes de nos jours dans toute l'Europe...

Si le mur de la honte dans la ville tchèque de Usti-nad-Laben, séparant les Rroms des Tchèques a été détruit, nous devons souligner que d'autres murs peuvent apparaître à tout moment en tant que constructions réelles mais aussi en tant qu'images mentales...

1 Nous respectons l'orthographe voulue par les auteurs.

1 Nous respectons l'orthographe voulue par les auteurs.

CC BY-NC-ND