Histoire et prospective de l’extrême pauvreté : quelques points de repère

André-Clément Decouflé

References

Electronic reference

André-Clément Decouflé, « Histoire et prospective de l’extrême pauvreté : quelques points de repère », Revue Quart Monde [Online], Dossiers & Documents (1988), Online since 24 March 2010, connection on 18 October 2021. URL : https://www.revue-quartmonde.org/4438

Le travail que j'accomplis à la demande du Mouvement depuis quelques années constitue un effort de réflexion combiné sur l'histoire et la prospective du Quart Monde.

Index de mots-clés

Histoire, Prospective

Sur l'histoire. Un problème majeur est bien, en effet, celui de la réappropriation par le sous-prolétariat de sa propre histoire, c'est-à-dire, pour commencer, la conquête de sa propre identité, puisqu'il n'y a pas d'identité sans maîtrise de la mémoire.

L'autre aspect de l'exercice, indissociable du précédent, est son aspect prospectif. Qu'est-ce que la prospective ? Au-delà de toutes les définitions formelles que l'on peut en donner, c'est un effort pour allier la mémoire et l'imagination et c'est au-delà : et c'est pourquoi je crois que l'application de la démarche prospective à la population aujourd'hui sous-prolétaire est importante. C'est un effort pour se délivrer de la fatalité de l'histoire, du sentiment que l'histoire ne s'écrit qu'en termes de destin. Un effort pour penser l'avenir en termes de pluralité de devenirs possibles, en termes, autrement dit, de futurs ouverts et non de futurs prédéterminés. C'est pourquoi une prospective du sous-prolétariat est particulièrement importante : car c'est une façon de mettre en question, de mettre en fuite, pour le mieux dire, la tentation toujours lancinante de penser l'histoire du sous-prolétariat en termes de destin, en termes d'histoire écrite une fois pour toutes.

Cet effort s'est traduit et continue de se traduire sous la forme d'une action pédagogique à destination de groupes de travailleurs sociaux que le Mouvement accueille et auxquels il fait découvrir l'histoire de la réalité de la condition sous-prolétarienne.

L'espace des conjectures relatives aux devenirs de l'extrême pauvreté se circonscrit donc entre deux problématiques, celle de la « fatalité » inacceptable, mais toujours disponible pour dissiper la mauvaise conscience des nantis, et celle de la « reproduction ». Cette dernière débouche inévitablement sur une problématique de « l'échec », et d'abord de celui d'un système économique qui abêtit une majorité de citoyens dans l'illusion du « bien-être » et continue - répétons-le à satiété - à « refuser la qualité humaine à une partie de l'espèce » (Claude Lévi-Strauss). L'une et l'autre rendent difficile, et donc d'autant plus nécessaire, la formulation d'une espérance, fondement Le discours de la fatalité n'a plus aujourd'hui, assurément, les accents tranquilles du naturalisme social. Mais il est toujours là, qui rôde autour des analyses les mieux intentionnées. C'est toujours une loi de la nature, paraît-il, que les pauvres soient imprévoyants jusqu'à un certain degré, afin qu'il y ait toujours des hommes prêts à remplir les fonctions les plus serviles, les plus sales et les plus abjectes de la communauté. « Le fonds du bonheur humain en est grandement augmenté, les gens comme il faut, plus délicats, débarrassés de telles tribulations, peuvent doucement suivre leur vocation supérieure (...) Les lois pour le secours des pauvres tendent à détruire l'harmonie et la beauté, l'ordre et la symétrie de ce système que Dieu et la nature ont établi dans le monde. » (Rev. J. Townsend, « A dissertation on the poor laws » (1786), cité par Karl Marx, Le Capital, 7ème section, XXV,IV)

« On peut se demander si le « processus de marginalisation » est inévitable. De même que Pareto avait parlé de rotation des élites, on peut se demander s'il n'y a pas aussi un renouvellement des pauvres. Le Christ n'avait-il pas répondu à Judas : « Vous aurez toujours des pauvres parmi vous »1 Ainsi dans la catégorie des plus malheureux qui représentent une proportion constante de toute société, il y a probablement toujours de nouveaux pauvres, de nouveaux types humains. » (La croissance et l'inégalité des revenus, « Futuribles », numéro hors série 1976, p. 9)

Il faut dénoncer inlassablement la perversité intrinsèque de ce discours de la fatalité : il évacue, en effet, toute mise en cause des modalités de l'exploitation du travail et, plus généralement, de la condition des plus pauvres, ainsi  que du rôle « paupérigène » de certaines procédures de « lutte » contre l'extrême pauvreté. Ce qu'il dissimule à la limite est que l'extrême pauvreté est doublement utile au maintien de l'ordre économique et social : en tant que force de travail résiduelle et en tant que champ d'expérimentation de formes actuelles et à venir de contrôle social.

La problématique de la reproduction est fondamentale. Elle seule en effet permet d'analyser la population misérable dans la triple dimension de son histoire, de sa condition actuelle et de son avenir. Ce que l'on peut en dire aujourd'hui s'énonce sous la forme de constats. C'est toute l'ambition d'une analyse approfondie du phénomène d'extrême pauvreté et d'exclusion sociale que de s'efforcer de formuler, à partir de ces constats, des propositions d'ordre théorique qui puissent aider à comprendre le Quart Monde en tant qu'être historique, doté d'une existence irrécusable2 et qui, de ce fait, interpelle la société tout entière en la contraignant à s'interroger sur ce qu'elle est réellement. On ne peut toutefois, en l'état actuel de la réflexion, aller au-delà de l'énoncé d'observations bien connues, mais dont le rappel n'est pas inutile3. Elles s'ordonnent autour de trois données principales.

La première est celle de l'absence à peu près totale de mobilité sociale en milieu sous-prolétaire, d'une génération à l'autre. La situation des individus et des familles sous-prolétaires dans l'échelle de la stratification sociale ne change pas avec le temps. Les plus bas ils naissent, les plus oubliés ils vivent, les plus misérables ils disparaissent4.

La deuxième est le reflet de la précédente : l'immuabilité du mode de vie du sous-prolétariat. La possession, toujours précaire, d'une télévision ou d'une voiture d'occasion n'y change évidemment rien5.

La troisième est l'incapacité des institutions et des procédures d'assistance à réduire la condition sous-prolétarienne et, tout au rebours, leur propension à agir, consciemment ou non, comme moyens paupérigènes.

C'est sans doute de ce dernier point qu'il faut partir pour tenter de comprendre la nature et les mécanismes de la reproduction de l'extrême pauvreté, de l'isolement et du refoulement du sous-prolétariat, combinés au fractionnement, par services d'assistance interposés, des familles... Force est de constater que les travaux actuels de sociologie de l'extrême pauvreté ne vont guère au-delà de l'esquisse d'une telle problématique6. Il en est ainsi pour de fort bonnes raisons dont on voudrait rappeler deux exemples parmi d'autres.

La première est celle de l'ambiguïté du concept d'exclusion sociale. La seconde est celle des contradictions caractéristiques du rôle joué par les institutions et les procédures d'assistance : en écrire, sans plus, qu'il est paupérigène, comme nous venons de le faire à dessein, est tronquer la réalité observable, comme l'est aussi la réduction des services sociaux à une fonction de contrôle social7.

L'établissement d'une « véritable » problématique de la reproduction de l'extrême pauvreté ne peut éviter de conduire à interroger le système socio-économique sur le plus grave de ses échecs, et l'on retrouve à nouveau ici l'intuition d'Alfred Marshall, partagée aujourd'hui par de trop rares économistes (au premier rang desquels il faut citer François Perroux et Henri Bartoli.) Cet échec est ordinairement dissimulé par son contraire : le succès continûment rencontré par le discours justificateur de la richesse a légitimé celle-ci en faisant le silence sur l'extrême pauvreté. La première des tâches du sociologue de la pauvreté est bien, dans ces conditions, de « commencer à élucider cette incapacité interne, dans une société dite d'abondance, à simplement poser la question de la pauvreté (et a fortiori de la résoudre) » (Robert Castel, 1978, p. 48). Il y a à cela une raison bien simple : ce serait du même coup poser le problème de l'échec de l'économie moderne8 : « pour mon objet, il ne serait pas mauvais de voir comment l'expert empressé qui, du reste, ne peut pas formuler les questions que les gouvernements lui soumettent, comment l'enseignant « comme il faut » qui endoctrine de futurs petits citoyens bien conformes, comment le boutiquier satisfait qui croit les yeux fermés aux règles d'or de la saine monnaie, comment le catholique béat qui estime que tout va assez bien pourvu qu'on combatte le communisme et le « pouvoir personnel », participent les uns et les autres au « sens de l'inessentiel », et rendent pratiquement impossible de poser utilement, même en termes modestes et rigoureux, la question de l'échec de l'économie moderne. » (François Perroux, 1968, p. 35).

Peut-être une interrogation d'ordre prospectif est-elle de nature à aider à ce déblocage. L'esquisse qui en est proposée s'articule autour de trois spéculations respectivement dévolues aux  évolutions possibles des phénomènes d'extrême pauvreté selon qu'ils se trouvent référés :

* à la longue et profonde crise de l'industrialisation qui affecte actuellement certaines des économies les plus « développées », dont la nôtre ;

* au « changement des valeurs » qui serait lié à la fois à cette crise et à l'approche de l'échéance de la fin du millénaire ;

* à l'émergence de « nouvelles » formes de politiques sociales associées à de « nouvelles » formes d'exploitation et de division du travail.

Si l'on veut désigner en termes simples les objectifs respectivement assignés à chacun de ces ensembles de questions, on peut dire qu'ils concernent les formes, puis les représentations, enfin les fonctions de l'extrême pauvreté dans une économie et une société telles que la France des vingt ans à venir.

Ces points sont développés dans le document réalisé par André-Clément Decouflé :

- Mouvement ATD Quart Monde, « Éléments d'introduction à l'histoire et à la prospective de l'extrême pauvreté ». Paris, Laboratoire de Prospective Appliquée. Pierrelaye, Institut de Recherche et de Formation aux Relations Humaines, 1980. 111 pages.

1 Rappelons les textes des synoptiques :

- Matthieu 26, 13 = « Des pauvres, en effet, vous en avez toujours avec vous ; mais moi, vous ne m'avez pas pour toujours. »

- Marc 4, 13 = « Les soucis du monde, la séduction des richesses et les autres convoitises (...) étouffent la Parole qui reste sans fruit... »

- Marc 10, 17 = « Ce que tu as, vends-le, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor dans le ciel ; puis viens, suis-moi. Mais à cette parole il s'

- Citons aussi Jean 12, 11 = « Six jours avant la Pâque, Jésus arriva à Béthanie où se trouvait Lazare qu'il avait relevé d'entre les morts. On y

2 C'est-à-dire qu'elle ne puisse être contestée sous prétexte qu'« on n'a pas de chiffres sûrs » et que, de toute façon, « ça » ne représente qu'une
3 Le sociologue ne peut ignorer au demeurant que « le processus souvent complexe, lent (...) qui va de l'observation d'un phénomène ou d'un ensemble
4 Cette « immobilité sociale » d'une partie au moins du sous-prolétariat (le noyau dur), vérifiée entre la seconde moitié du XIXème siècle et le XXème
5 Du reste et plus largement, ainsi que le notait jadis Thornstein Veblen à propos des modes de vie des plus riches, « aucune classe de la société
6 Une tentative intéressante de réflexion et d'analyse historique dans le cadre de cette problématique se trouve chez Vissol (Th. L.) : « A l'origine
7 Les références classiques sont : pour les Etats-Unis, France Fox Piven et Richard A. Cloward (1971), et pour la France, Jacques Donzelot (1977) dont
8 Et non celui de certaines formes d'économie « primitive » : « la société primitive assigne à sa production une limite stricte qu'elle s'interdit de
1 Rappelons les textes des synoptiques :

- Matthieu 26, 13 = « Des pauvres, en effet, vous en avez toujours avec vous ; mais moi, vous ne m'avez pas pour toujours. »

- Marc 4, 13 = « Les soucis du monde, la séduction des richesses et les autres convoitises (...) étouffent la Parole qui reste sans fruit... »

- Marc 10, 17 = « Ce que tu as, vends-le, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor dans le ciel ; puis viens, suis-moi. Mais à cette parole il s'assombrit et il s'en alla tout triste, car il avait de grands biens. »

- Citons aussi Jean 12, 11 = « Six jours avant la Pâque, Jésus arriva à Béthanie où se trouvait Lazare qu'il avait relevé d'entre les morts. On y offrit un dîner en son honneur, Marthe servait, tandis que Lazare se trouvait parmi les convives. Marie prit alors une livre de parfum de nard pur de grand prix ; elle oignit les pieds de Jésus; les essuya avec ses cheveux, et la maison fut remplie de parfum. Alors Judas Iscariote, l'un de ses disciples, celui-là même qui allait le livrer, dit : « Pourquoi n'a-t-on pas vendu ce parfum trois cents deniers, pour les donner aux pauvres ? » Il parla ainsi, non qu'il eut souci des pauvres, mais parce qu'il était voleur et que, chargé de la bourse, il dérobait ce qu'on y déposait. Jésus dit alors : « Laisse-la ! Elle observe cet usage en vue de mon ensevelissement. Des pauvres, vous en avez toujours avec vous, mais moi, vous ne m'avez pas pour toujours. »

2 C'est-à-dire qu'elle ne puisse être contestée sous prétexte qu'« on n'a pas de chiffres sûrs » et que, de toute façon, « ça » ne représente qu'une minorité négligeable de la population, etc...
3 Le sociologue ne peut ignorer au demeurant que « le processus souvent complexe, lent (...) qui va de l'observation d'un phénomène ou d'un ensemble de phénomènes sociaux à leur explication » ne peut être considéré « comme achevé que seulement dans des cas exceptionnels » (Raymond Boudon, La logique du social, Hachette, 1979, p. 206) Les formulations habituelles des phénomènes de reproduction de l'extrême pauvreté, comme par exemple celles qui adoptent l'image facile du « cercle vicieux » (ainsi chez Robert Holman, 1978, p. 117) ne peuvent pas être considérées comme des explications satisfaisantes.
4 Cette « immobilité sociale » d'une partie au moins du sous-prolétariat (le noyau dur), vérifiée entre la seconde moitié du XIXème siècle et le XXème siècle, reste encore une hypothèse de recherche, ni confirmée, ni infirmée pour une partie de la population misérable des siècles précédents. Nous parlons  ici de populations et non de trajectoires individuelles afin de distinguer la règle de l'exception (personnes elles-mêmes).
5 Du reste et plus largement, ainsi que le notait jadis Thornstein Veblen à propos des modes de vie des plus riches, « aucune classe de la société, même si elle se trouve dans la pauvreté la plus abjecte, ne s'interdit toute habitude de consommation ostentatoire » (Théorie de la classe de loisir, op. cit. p. 57).
6 Une tentative intéressante de réflexion et d'analyse historique dans le cadre de cette problématique se trouve chez Vissol (Th. L.) : « A l'origine des législations sociales du XVIème siècle : humanisme et frayeurs populaires » (Communication au colloque « Le droit à l'état naissant », Limoges, les 25, 26 et 27 avril 1984, miméotypé 49 + 3 p.
7 Les références classiques sont : pour les Etats-Unis, France Fox Piven et Richard A. Cloward (1971), et pour la France, Jacques Donzelot (1977) dont le contre-pied est pris par Jeanine Verdes-Leroux (1978).
8 Et non celui de certaines formes d'économie « primitive » : « la société primitive assigne à sa production une limite stricte qu'elle s'interdit de franchir, sous peine de voir l'économique échapper au social et se retourner contre la société en y ouvrant la brèche de l'hétérogénéité, de la division entre riches et pauvres, de l'aliénation des uns par les autres » (Pierre Clastres, préface à Marshall Sahlins « Age de pierre, âge d'abondance. L'économie des sociétés primitives », Gallimard, 1976, p. 20). Il ne s'agit pas de prêcher le retour à l'âge de pierre, mais de rappeler que l'activité économique peut prendre d'autres formes que celle de la destruction des hommes.

André-Clément Decouflé

André-Clément Decouflé est le directeur du laboratoire de prospective appliquée

CC BY-NC-ND