Asghar Farhadi, A propos d’Elly

Film iranien, 2009

Marie-Hélène Dacos-Burgues

Bibliographical reference

A propos d'Elly, film iranien, écrit et réalisé par Asghar Farhadi, Iran 2009, 119’, avec Golshifeh, Taraneh Alidourshi, Shabab Hosseni, Merila Zarei, Mani Haghighi, Peyman Moavi.

References

Electronic reference

Marie-Hélène Dacos-Burgues, « Asghar Farhadi, A propos d’Elly », Revue Quart Monde [Online], 218 | 2011/2, Online since 01 December 2011, connection on 26 September 2021. URL : https://www.revue-quartmonde.org/5151

Index géographique

Egypte, Tunisie

Un film iranien à revoir en ce moment où les révolutions en Tunisie et en Egypte nous emplissent d’espoir et d’une certaine crainte.

Il est traité à la manière d’un film à énigme. Mi-policier, mi-dramatique. En effet c’est un film psychologique sur la classe moyenne iranienne un peu occidentalisée mais non totalement. Il prend des allures de documentaire. La contrainte des traditions affleure constamment dans une modernité affichée. Les individus se débattent pour trouver leur place dans le groupe et sans aucun doute dans la société iranienne, allant trop loin ou pas assez loin dans leurs prises de positions selon les séquences.

De jeunes couples de la classe moyenne iranienne vont passer un week-end de privilégiés au bord de mer. Faute de la maison dans laquelle ils croyaient séjourner, ils ont dû forcer la porte d’une maison abandonnée, en très mauvais état, au plus près de la plage. Un début angoissant pour un film dont l’ambiance est pesante dès le début malgré la gaieté de cette bande de jeunes très insouciants accompagnés de leurs enfants. Ces parents ont des comportements estudiantins comme s’ils étaient libérés d’une pression qui ne dit pas son nom. Leur amie commune, Sépideh, jeune mère de famille dynamique et moderne, a organisé ce séjour ; mais elle a pris l’initiative d’ajouter au groupe habituel son amie Elly, que les autres ne connaissent pas encore et un de ses cousins, Ahmad, de retour d’Allemagne où il a vécu une histoire d’amour malheureuse. Le groupe a la ferme intention de bien s’amuser mais c’est le drame qui se produira.

Elly est le personnage central, énigmatique. Réservée et secrète elle ne semble pas à sa place.

Pour se distraire, le groupe soudé par une histoire commune, pratique le jeu de mime qui met mal à l’aise certains des amis et le spectateur. Se dévoile peu à peu le projet de Sépineh de marier Elly à Ahmad. Des allusions, des moqueries renforcent le sentiment d’une adhésion du groupe au modèle du mariage arrangé. La liberté des uns et des autres, affichée, semble trouble.

Les évènements qui conduisent à la noyade d’un enfant font penser au très beau film israélien My father, my lord.

Le film, qui a eu l’Ours d’argent du meilleur réalisateur au Festival de Berlin 2009, a été tourné avant la contestation anti-Ahmadinejad.

Pour son regard sur le statut de la femme en Iran, la puissance des classes moyennes et leur réelle impuissance à se libérer totalement des traditions, il doit être vu ou revu.

Marie-Hélène Dacos-Burgues

By this author

CC BY-NC-ND