Une communauté humaine sans frontière

Rédaction de la Revue Quart Monde

p. 59-60

References

Bibliographical reference

Rédaction de la Revue Quart Monde, « Une communauté humaine sans frontière », Revue Quart Monde, 242 | 2017/2, 59-60.

Electronic reference

Rédaction de la Revue Quart Monde, « Une communauté humaine sans frontière », Revue Quart Monde [Online], 242 | 2017/2, Online since 15 December 2017, connection on 08 April 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/6877

Afrique : Famine1

L’alerte est lapidaire et émane du représentant Afrique du Programme alimentaire mondial (PAM) […] pour faire face à la famine qui menace plus de 20 millions de personnes dans quatre pays : le Yémen, le Soudan du Sud, le Nigeria et la Somalie. Or, à ce jour, seuls 90 millions de dollars ont été récoltés par l’ONU. Cela équivaut à 1,6 % de l’objectif fixé. Il y a donc urgence à agir. À ce cri d’alarme s’ajoute la mise en garde : toute réduction des budgets de l’aide va causer « des souffrances sans précédent », avertit le porte-parole du PAM. […] La revue américaine précise qu’outre la réduction de 30 % des budgets du Département d’État et de l’Agence américaine pour le développement international (Usaid), le président Trump entend tailler dans les fonds alloués à l’ONU. […]

La gravité de cette crise tient au nombre de personnes qui ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence. Elles sont plus de 7,5 millions au Sud Soudan, selon l’ONU ; 6,2 millions en Somalie - la moitié de la population -, et plus de 7 millions au nord-est du Nigeria. Leur situation résulte de facteurs à la fois politiques (conflits, gouvernance), économiques (baisse de la production agricole) ou environnementaux (réchauffement climatique).

Alors que la mobilisation internationale - politique et médiatique - semble à la peine, comment réagissent les États d’Afrique de l’Est ? Wainana note dans African Arguments le « leadership décisif » du Kenya et de l’Éthiopie. Le Kenya a déclaré en février la sécheresse comme état de « catastrophe nationale » […] L’Éthiopie, de son côté, a lancé, avec ses partenaires humanitaires en janvier, un plan d’aide d’urgence en faveur des personnes touchées par l’insécurité alimentaire et la famine...

Ces pays figurent par ailleurs, avec l’Ouganda, parmi les nations qui accueillent le plus de réfugiés dans le monde.

Mexique : Mur anti-immigration2

Dans la bataille engagée entre le Mexique et les États-Unis au sujet du mur anti-immigration, El papa François, par image interposée, devient un allié de poids des Mexicains contre la politique mise en place par le nouveau président américain.

Une grande statue de l’argentin le plus populaire de la planète de 4 mètres 60 de hauteur, de plus d’une tonne, blanche, vient d’être érigée à Ciudad Juárez, sur le lieu appelé le Point, là où se trouve la frontière entre les deux pays, la frontière de la mort pour de nombreux mexicains aspirant à l’Eldorado matérialiste américain.[…] Réalisée par l’artiste mexicain Pedro Francisco Martínez, ce François immortalisé va donc défier indéfiniment l’horizon américain et être une sorte de reproche vivant par rapport à la nouvelle ligne anti-immigration du gouvernement des États-Unis.

« C’est un symbole de l’amour, de la bonté et de la solidarité » a expliqué l’artiste. « Le bras gauche est parallèle au Rio Bravo, le fleuve qui divise la Mexique des États-Unis, pour qu’il lance un message d’espérance avec la colombe, et unisse notre ville avec El Paso, la ville du Texas, USA, tout de suite après la frontière. Ce sont deux villes unies qui ne doivent pas être séparées ni par un mur ni par un fleuve. La communauté humaine n’a pas de frontière. »

CC BY-NC-ND