Sous l’angle de la fête

Marius Ilboudo

p. 53-54

References

Bibliographical reference

Marius Ilboudo, « Sous l’angle de la fête », Revue Quart Monde, 243 | 2017/3, 53-54.

Electronic reference

Marius Ilboudo, « Sous l’angle de la fête », Revue Quart Monde [Online], 243 | 2017/3, Online since 15 March 2018, connection on 05 March 2021. URL : https://www.revue-quartmonde.org/6931

Les séjours à la Bise, maison de vacances familiales gérée par une équipe d’ATD Quart Monde, sont pour les participants des expériences uniques, qui font du bien et donnent des forces pour affronter les difficultés de la vie.

Avec les familles accueillies en séjour à la Bise1, tout est fait sous l’angle de la fête pour que chacun se sente heureux et bien accueilli. Pour les accueillants et animateurs d’ateliers des séjours, cela demande imagination et profonde réflexion. Parfois les idées pour faire la fête ne sont pas à chercher loin. Il suffit d’accepter de se mettre d’accord et de se lancer.

À Noël 2016, cinq familles venant d’horizons divers étaient présentes, avec l’équipe accueillante. De cette diversité, Dominique, un vacancier disait que :

« C’était un super mélange de genres, de couleurs, de statuts… Cette diversité a favorisé l’échange entre nous les parents. »

Une ambiance accueillante créée ensemble

Avant l’arrivée des familles à la Bise, certains accueillants avaient des idées dans leurs valises ; nous avons fait quelques décorations de la maison, tout en ne faisant pas tout, pour que les familles et leurs enfants puissent participer par leur imagination et savoir-faire qui les introduiraient déjà dans l’ambiance de la fête. La salle à manger aussi a changé de look, fruit d’un travail d’équipe (familles, enfants et accueillants).

Dans ce séjour de Noël, il y a eu des ateliers comme la couture, la fabrication d’enveloppes en tissu pour que chaque vacancier et/ou accueillant écrive un souhait, un mot qui fait du bien pour un autre vacancier ou accueillant(e). C’était un atelier permanent jusqu’à la fin du séjour, et chacun s’activait pour sa réussite. C’était une manière de prolonger la fête de Noël. Certains disaient : « Je n’ai pas encore écrit un mot pour telle famille ou telle accueillant(e), il faut que je le fasse… », sans la notion d’obligation car la manière dont l’invitation avait été faite incitait à la joie de participer à quelque chose qui fait du bien. L’atelier de vannerie a permis aux familles d’utiliser leurs mains pour créer de beaux paniers. Cet atelier a fait comprendre à Naziha que le savoir qu’elle est en train de mettre en œuvre s’est transmis de père en fils/fille et elle s’en réjouit.

Les vacanciers ne viennent pas à la Bise pour consommer, ils proposent leur savoir-faire, comme Dominique qui a refait en pyrogravure les deux noms de nos ânes pour les fixer à leur enclos. Ce sont ces souvenirs qui restent, qui parlent de leur passage à la Bise.

Quand la nature joue au Père Noël

Lors du séjour de Noël, le froid empêche parfois d’être dehors pour les balades à vélo, ou avec les ânes, ou à pied en famille.

La nature aussi a joué le rôle de père Noël. Elle a offert à la famille de Roland et ses deux enfants (Dylan et Brendane) une surprise inoubliable, racontée par Roland :

« Nous sommes partis faire une promenade en montagne, durant laquelle on a rencontré des chamois, que je ne m’attendais pas à voir d’ailleurs. Pour les enfants ça a été un beau cadeau de Noël, ils en ont parlé beaucoup. Ça a été quelque chose de merveilleux pour eux ».

Il ajoute :

« Noël à la Bise, c’est une proposition qui m’a été faite et que j’ai acceptée. Et j’en suis heureux. La soirée de Noël reste là dans mon cœur. C’est difficile de fêter de nouveau Noël quand on a perdu quelqu’un de très cher (sa mère) le 25 décembre. J’admire les accueillants qui ont laissé leur propre famille pour passer Noël avec d’autres familles. »

Le plein d’énergie

Naziha s’est fait très belle le 24 et le 25 décembre pour la fête de Noël, de même que sa fille. C’était un temps de paix pour elle, un temps de joie partagée car la majorité des enfants étaient à la même table qu’elle. Tous partageaient des bons moments, des bons plats. Naziha qui est musulmane est allée avec sa fille à la messe. Elle disait que la fête de Noël n’appartient pas seulement aux chrétiens mais qu’elle est une fête pour tout le monde. D’autres enfants avaient demandé à leurs parents la permission d’aller à la chapelle notre Dame Libératrice de Salins-Les-Bains. Une fois la célébration terminée, les enfants sont restés pendant longtemps à observer la Crèche qui était originale et entourée de cadeaux.

Ensuite, un repas de fête les attendait à la Bise.

À la veille du départ des familles, une fanfare de musique vient jouer à la Bise. Cela donne de l’énergie aux vacanciers et les invite à danser, avant de retrouver le quotidien souvent difficile.

1 Pour en savoir plus sur la Bise : https://www.atd-quartmonde.fr/labise/

1 Pour en savoir plus sur la Bise : https://www.atd-quartmonde.fr/labise/

Marius Ilboudo

Ayant une formation initiale en informatique de gestion, Marius Ilboudo a été responsable du Mouvement Cœurs vaillants/Âmes vaillantes à Ouagadougou. Après sa rencontre avec ATD Quart Monde, il s’est rendu proche des enfants et/ou adultes qui vivaient difficilement dans les rues, et a, entre autres, animé une Bibliothèque sous les lampadaires à Ouagadougou. Il fait actuellement partie de l’équipe animant La Bise (Arbois, France).

By this author

CC BY-NC-ND