Clio Barnard. Le géant égoïste

Film britannique, 2013

Marie-Hélène Dacos-Burgues

p. 44

Bibliographical reference

Clio Barnard. Le géant égoïste, film britannique, 2013, écrit et réalisé par Clio Barnard, librement inspiré du conte d’Oscar Wilde, Le géant égoïste.

References

Bibliographical reference

Marie-Hélène Dacos-Burgues, « Clio Barnard. Le géant égoïste », Revue Quart Monde, 229 | 2014/1, 44.

Electronic reference

Marie-Hélène Dacos-Burgues, « Clio Barnard. Le géant égoïste », Revue Quart Monde [Online], 229 | 2014/1, Online since 01 September 2014, connection on 27 November 2022. URL : https://www.revue-quartmonde.org/7372

Ce premier long métrage en VOSTF est effrayant de réalisme. On saute d’emblée dans la misère du petit peuple anglais, dans les effets de la désindustrialisation et du Thatchérisme. Les familles des deux héros sont des familles dans lesquelles une violence inouïe règle les rapports humains sans que la tendresse soit bien loin, mais si furtive ! C’est à la limite du supportable. Au milieu de ces gens abîmés, des enfants gravitent, se droguent, font de l’argent avec de la ferraille. Tout le décor est là. Mais l’amitié entre deux enfants est le sujet du film. Nous allons suivre Arbor et Swifty que l’école renvoie tous les deux, l’un définitivement, l’autre provisoirement, pour cause d’insolence et d’inadaptation au système scolaire, sans qu’aucune autre mesure ne soit prise. Ce ne sont pas des enfants tendres, loin de là, surtout Arbor. On comprend mieux le système de la débrouille du patron autour de la « casse » qui reçoit les ferrailles, l’enchaînement de ces duretés d’une société sans compassion pour les plus faibles. Arbor, si jeune, 9/10 ans, sait déjà comment voler Kitten (le géant égoïste, celui qui lui sert de patron). Swifty est plus doux, il est attaché aux chevaux et à son ami. Il ne faut pas vous raconter l’histoire.

Marie-Hélène Dacos-Burgues

By this author

CC BY-NC-ND