Jean-François Laé, Patrice Noisette, Je, tu, il, elle apprend

Etude documentaire sur quelques aspects de l’illettrisme, Paris, M.I.R.E. (Mission Recherche Expérimentation), série « Le point sur », La Documentation française, 1985, 69 pages

Claire Fondet

Bibliographical reference

Jean-François Laé, Patrice Noisette, Je, tu, il, elle apprend, Etude documentaire sur quelques aspects de l’illettrisme, Paris, M.I.R.E. (Mission Recherche Expérimentation), série « Le point sur », La Documentation française, 1985 ,69 pages

References

Electronic reference

Claire Fondet, « Jean-François Laé, Patrice Noisette, Je, tu, il, elle apprend », Revue Quart Monde [Online], 123 | 1987/2, Online since 01 March 1988, connection on 18 October 2021. URL : https://www.revue-quartmonde.org/8694

Entre 1975 et 1981, des enquêtes menées, en particulier par ATD Quart Monde, révèlent une réalité inacceptable : l’illettrisme. Les auteurs s’interrogent : qu’est-ce qu’un illettré et combien y en a-t-il aujourd’hui ?

Cette étude montre qu’entre le déchiffrement laborieux et l’usage efficient de la lecture, l’écart est immense et que les définitions varient suivant les différents courants pédagogiques.

Quelles actions mener pour lutter contre l’illettrisme ? Pour l’A.F.L. (Association française pour la Lecture) et l’I.N.R.P. (Institut national de Recherche pédagogique), les analphabètes actuels ne sont pas des « bavures » de notre système éducatif. Leur situation révèle qu’il faut inventer, pour le grand public, des conditions sociales favorables à l’apprentissage de la lecture, analogues aux conditions familiales qui traditionnellement produisent de « vrais lecteurs » dans les milieux intellectuels. Cela suppose une « pédagogie de la réciprocité », comme celle mise en œuvre en Tiers Monde par Paolo Freire.

Les publics concernés par les actions d’alphabétisation et les organismes impliqués sont mieux connus que les méthodes concrètes réellement utilisées dans l’apprentissage et le perfectionnement de la lecture. L’empirisme est inévitable et même souhaitable. Mais comment est-il géré ? Conduit-il à des résultats intéressants ? Une enquête s’impose au sujet de ces méthodes !

Plus urgent encore : l’illettrisme oblige à s’interroger :

- quel savoir minimum la société peut-elle raisonnablement exiger ?

- quelle place y tiennent la lecture, l’écriture et les autres formes de communication ?

- comment faire de chacun un destinataire d’écrit ?

Autant de questions qui nous sont posées.

Ce document situe l’effort du Quart Monde pour se faire connaître et oblige les Pouvoirs publics ou les individus à réagir contre l’exclusion. Il prône une politique préventive, plutôt que réparatrice. On peut à l’occasion s’étonner que les municipalités soient rarement partie prenante dans les actions de soutien scolaire, encore laissées au soin de diverses associations locales.

Claire Fondet

By this author

CC BY-NC-ND