Oussaïd Brick, Les coquelicots de l’Oriental

Ed. La Découverte, coll. « Actes et Mémoires du Peuple », Paris, 1984

Jean Monge

Bibliographical reference

Oussaïd Brick, Les coquelicots de l’Oriental, Ed. La Découverte, coll. « Actes et Mémoires du Peuple », Paris, 1984

References

Electronic reference

Jean Monge, « Oussaïd Brick, Les coquelicots de l’Oriental », Revue Quart Monde [Online], 138 | 1991/1, Online since 18 May 2020, connection on 16 April 2021. URL : https://www.revue-quartmonde.org/8914

Une enfance pauvre, très pauvre, de 1950 à 1968, d’un jeune Berbère du Moyen Atlas marocain, à la frontière algérienne. Un témoignage sobre, dur, fort.

La misère insoutenable et ses conséquences : soumission à la religion ; à la tradition, résignation mais aussi grandeur et dignité des parents.

Ce n’est qu’au lycée d’Oujda que le jeune adolescent va découvrir le lit, manger sur une table avec couteau et fourchette. C’est à Oujda aussi que l’auteur va constater, et il sait nous le montrer avec beaucoup de retenue, le décalage immense entre les étalages luxueux de la ville pour les nantis, et le manque de tout de la grande pauvreté. C’est aussi la « mafia » des nantis qui réserve aux siens les places de « pion », etc.

Mais l’auteur ne baisse jamais la tête. Toujours, il repart malgré la faim, la hantise e la faim, l’indifférence, les vexations des « fonctionnaires » de son pays ou du nôtre. Grâce aux sacrifices de ses parents, à son travail, à sa ténacité, il poursuit ses études à Grenoble (France.)

C’est un homme debout qui nous livre ses sentiments, ses réflexions, qui se forme au travers des événements bons ou moins bons. Une interrogation le tenaille : « Pourquoi les miens se sont-ils accrochés à ces montagnes arides, inhumaines ? »

Ce livre m’a donné envie de connaître sa force, sa pudeur, sa tendresse, et d’être comme lui capable de les communiquer.

Jean Monge

By this author

CC BY-NC-ND