Julien Damon, Des hommes en trop. Essai sur le vagabondage et la mendicité

Editions de l’Aube, janvier 1996, 132 pages.

Jean-Jacques Boureau

Bibliographical reference

Julien Damon, Des hommes en trop. Essai sur le vagabondage et la mendicité, Editions de l’Aube, janvier 1996, 132 pages.

References

Electronic reference

Jean-Jacques Boureau, « Julien Damon, Des hommes en trop. Essai sur le vagabondage et la mendicité », Revue Quart Monde [Online], 158 | 1996/2, Online since 20 May 2020, connection on 29 September 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/9039

L’existence des mendiants et des vagabonds est de toutes les époques dans la mesure où les sociétés, en voulant s’organiser, génèrent des « laissés-pour-compte ». Ceux-ci sont le signe des limites et des insuffisances de cette organisation et des pouvoirs en place qui ont toujours cherché à « régler le problème » soit par la répression, soit par la sollicitude.

L’auteur nous présente tout d’abord une histoire juridique du vagabondage et de la mendicité. De l’Antiquité à nos jours, toutes les époques sont passées en revue et fournissent sur le sujet quantité de mesures de police, d’ordonnances royales, de décrets, de lois pénales. On aboutit au Code pénal du 1er mars 1994 dans lequel, pour la première fois, vagabondage et mendicité ne sont plus des délits. Mais de nombreux arrêtés municipaux les interdisant furent promulgués au cours de l’été 1995. On retient de cette longue jurisprudence qu’en fait « les pouvoirs publics ont toujours été relativement démunis face à l’errance et à la manche. A certaines époques, la charité a pris l’allure de répression, à d’autres, l’appareil répressif a revêtu un caractère d’assistance »

Puis, Julien Damon étudie la période charnière de la fin du XIX e siècle au cours de laquelle, face au nombre croissant des pauvres en cette époque d’urbanisation et d’industrialisation, on voit s’affirmer une rigueur jamais atteinte.

Tout au long de l’Histoire, des constantes se dégagent :

- de tout temps, on a cherché à compter les pauvres : volonté qui se heurte à des problèmes de statistique, de méthode et d’éthique ;

- on a cherché des définitions précises de la pauvreté, par exemple pour le terme SDF très employé aujourd’hui ;

- on a cherché à distinguer les faux pauvres des vrais, les mauvais des bons, le vrai pauvre au chômage du mendiant oisif ; aujourd’hui, on parlerait d’insérable et de non-insérable ;

- enfin, on s’est posé la question du logement comme moyen d’éviter l’errance et de favoriser l’accession à la citoyenneté.

Ainsi se dégage un « modèle, éternel, de fonctionnement, de l’action collective qui permet de comprendre la permanence des difficultés à réguler ou éradiquer le vagabondage » :

- gestion en « ping-pong » des communautés locales... On renvoie les pauvres vers d’autres ;

- réponses d’urgence des pouvoirs publics, au coup par coup ;

- quasi absence d’un appareil préventif face à un appareil répressif largement suffisant.

Enfin, l’auteur étudie les thèmes de l’exclusion, de la citoyenneté et le problème de l’État au centre de toute tentative de réforme sérieuse qui nécessite un profond renouveau politico-administratif.

Un livre bien documenté, une « étude rigoureuse et froide d’un sujet sensible et brûlant ». On n’y trouve pas de solutions mais des éléments de comparaison, d’informations pour éclairer le débat sur l’exclusion. Le point de vue juridique peut rendre parfois la lecture austère.

Jean-Jacques Boureau

By this author

CC BY-NC-ND