Geneviève de Gaulle Anthonioz, Le secret de l’espérance

Ed. Fayard, Paris, Ed. Quart Monde, Montreuil, 2001, 194 p.

Jean-Michel Defromont

Bibliographical reference

Geneviève de Gaulle Anthonioz, Le secret de l’espérance, Ed. Fayard, Paris, Ed. Quart Monde, Montreuil, 2001, 194 p.

References

Electronic reference

Jean-Michel Defromont, « Geneviève de Gaulle Anthonioz, Le secret de l’espérance », Revue Quart Monde [Online], 180 | 2001/4, Online since 01 April 2002, connection on 13 April 2021. URL : https://www.revue-quartmonde.org/9562

Où puise-t-elle sa force, cette femme de toutes les Résistances ? Avant le 18 juin 1940, elle en était déjà ; en ces temps troublés, elle en est encore. Elle l’a payé cher. Aujourd’hui, la conscience tendue, le regard pénétrant, malgré la maladie à laquelle elle résiste en silence, elle reste à l’écoute du monde pour encore lui parler.

Près d’elle, un petit livre vert qu’on vient de lui apporter, Le secret de l’espérance, secret qu’elle partage désormais avec ceux qui, comme elle, ont traversé la nuit. La nuit du cachot à Ravensbrück, la nuit de la misère, la nuit de tous les fanatismes, y compris celui qu’elle nomme « le totalitarisme de l’argent ».

Le 9 juillet 1998, alors qu’avec ses compagnons du Quart Monde, Geneviève de Gaulle Anthonioz obtient du parlement français une loi affirmant « l’égale dignité de tous les êtres humains », elle dit : « Paris délire d’enthousiasme pour le Mondial ». Aujourd’hui alors qu’un tout autre spectacle envahit nos écrans, ce livre est sa riposte à elle.

Après sa Traversée de la nuit, quatre mois au secret dans un camp de la mort, Geneviève de Gaulle Anthonioz nous livre quarante ans de son combat dans le camp de la vie, auprès de ceux qui lui ont fait découvrir le secret de l’espérance. « S’il y a une espérance dans ce monde si dur et si injuste, elle est dans le cri silencieux de ceux qui savent ce qu’est la liberté parce qu’ils vivent sous la dépendance, l’égalité puisqu’ils sont traités en inférieurs, l’honneur d’être homme, eux qui supportent le poids du mépris. »

Ce livre, plus que jamais, chacun en a besoin pour retrouver en lui-même l’être humain qu’il se doit d’être. Le faire connaître partout, c’est faire un geste citoyen, un acte de résistance, de défense de la dignité humaine.

CC BY-NC-ND