Quel environnement ?

Rédaction de la Revue Quart Monde

References

Electronic reference

Rédaction de la Revue Quart Monde, « Quel environnement ? », Revue Quart Monde [Online], 180 | 2001/4, Online since 01 June 2002, connection on 06 February 2023. URL : https://www.revue-quartmonde.org/1806

Canada, des bébés de petit poids

La proportion de bébés de petit poids reste très élevée dans les quartiers défavorisés de Montréal, malgré un programme coûteux d’intervention. [...] Le ministère de la Santé du Québec a décidé de soutenir un projet pilote intitulé « Naître égaux, grandir en santé ». [...] Les chercheurs s’attendaient à des résultats très positifs : leur surprise a été totale. Chez les mères qui ont bénéficié du programme d’intervention, 10,2% des bébés n’avaient pas 2,5 kilos à la naissance alors que cette proportion était de 7,6 % chez les mères du groupe témoin qui n’avaient pas profité des visites des professionnels. Ginette Boyer, auteur principale du rapport, et ses collègues proposent une solution de grande envergure : « Nos résultats interpellent directement le réseau de la santé et des services sociaux pour qu’il fasse de la réduction des inégalités un véritable enjeu de santé publique. » (La Presse, 17/8/01)

Canada, naître égaux... un succès

Pour Richard Tremblay, titulaire de la chaire de recherche du Canada sur le développement de l’enfant, à l’université de Montréal « Il est important de situer l’évaluation de Naître égaux dans une autre perspective. Il est très rare qu’on se donne les moyens de bien évaluer les effets des services aux familles et aux enfants les plus défavorisés. Ils ont si clairement besoin d’aide qu’on leur offre ce qu’on a sous la main, sans prendre le temps d’en évaluer les effets. [...] A-t-on le droit de prétendre aider les démunis sans chercher à connaître les effets de ce qu’on leur offre ? [...] Il ne faut pas abandonner les services aux enfants et aux familles en difficulté. Au contraire, il faut les augmenter. Mais il faut que chacun de ces services soit évalué avec la même rigueur que celle que l’on exige des compagnies pharmaceutiques et des procédures chirurgicales. » (La Presse, 27/8/01)

France, une semaine sans eau

Des locataires ont été privés d’eau plus d’une semaine. Leurs propriétaires n’avaient pas réglé les factures.

« Eau à tous les étages », la plaque désuète perdure dans certaines cages d’escalier. De nos jours cette commodité coule de source. Et pourtant. Trois étages avec des jerricanes de cinq litres à bout de bras, plusieurs fois par jour... Maya et Aymène, sept et huit ans, se sont offert une bonne semaine de musculation. [...] Comme les vingt-cinq autres habitants, [...] ils ont redécouvert les joies du ravitaillement au puits. [...] Sarah, une jeune femme qui montait chaque jour une fois et demie son poids en eau parle de fatigue physique mais aussi nerveuse. (La Provence, 31/7/01)

France, Sans-abri parisiens

La quête désespérée de lits a pris le pas sur les soins et l’écoute prodigués toue la semaine par les bénévoles de Médecins du Monde et du Secours catholique. Les deux organisations ont livré hier un bilan chiffré de l’opération menée place de la République. Une centaine de sans-abri ont été reçus chaque soir dans la tente ouverte de 20 heures à 6 heures du matin. [...] « Les pathologies dermatologiques, notamment les infections des pieds, causées par la chaleur et aggravées par le manque d’hygiène sont les plus courantes », estime Marie Morcelet, médecin bénévole. (Le Figaro, 14/8/01)

France, L’écart se creuse

Les résultats des évaluations nationales des élèves conduites à l’entrée du CE2 et de la 6e à la rentrée 2000 ont été publiés par la direction de la programmation et du développement (DPD) du ministère de l’Education nationale, lundi 16 juillet. [...] L’un des éléments préoccupants mis en lumière par la DPD concerne l’écart entre les élèves les plus faibles et les élèves les plus forts : il se creuse entre le milieu de l’école primaire et l’arrivée au collège. (Le Monde, 18/7/01)

France, Enfants perdus

Le jeune Tchadien de 17 ans s’est fait cueillir par une patrouille de police, à la gare du Nord, où il campait depuis son arrivée en France, il y a une semaine. Après l’avoir interrogé, les policiers l’ont débarqué dans ce foyer de Paris, lieu d’échouage des mineurs errants de Paris ou de la proche banlieue. [...] Cet endroit qui n’a guère d’équivalent en France a été créé il y a dix ans à l’initiative du parquet de Paris pour les adolescents interpellés en fin de journée, et qui, jusque-là, passaient la nuit au commissariat dans les conditions d’une garde à vue bien qu’appartenant à la catégorie des « mineurs en danger ». Depuis, quelque 18000 mineurs ont transité dans cette grande maison. Des fugueurs, des enfants battus, violés, maltraités, des jeunes étrangers isolés et sans papiers. [...] La fonction d’accueil est tenue par des étudiants en fin d’études de psychologie qui se relaient par équipes de deux. (Libération, 2/9/01)

France, ghetto pour millionnaires

Dans le village varois de Tourettes, la construction de Terre Blanche, un domaine regroupant un golf de trente-six trous, une centaine de villas, un palace et où « tout sera surveillé et bouclé » suscite la colère des riverains. (...) Au pays de Jean de Florette, on soupçonne vite le voisin d’être un « assécheur ». [...] Pierre craint que les « étrangers » puisent dans la même nappe que lui pour arroser leur golf. Sans compter la source qui alimente en eau potable les huit villages des environs. [...] Les 600 000 m3 d’eau brute notamment destinée aux pelouses, seront acheminés depuis le lac de Saint-Cassien, grâce à 4 kilomètres de canalisations construites par le promoteur. Celui-ci a obtenu auprès de la préfecture la concession des parts destinées au département du Var. [...] Cette concession de l’eau du lac fait hurler les membres du Comité d’initiative citoyenne, « un cadeau fait aux riches qui peuvent se permettre de tout acheter ». (Le Monde, 22/8/01)

France, réfugiés de Sangatte

Le 16 septembre, 1110 personnes exaspérées par « l’invasion de Sangatte » ont signé une pétition « pour la fermeture du centre de réfugiés ». Le chiffre est important pour un village qui ne compte que 800 habitants. Ouvert en septembre 1999 pour abriter les Kosovars qui squattaient par dizaines dans Calais, le centre, géré par la Croix-Rouge sur fonds publics, a une vocation humanitaire. [...] Sangatte est vite devenu une destination courue des candidats à l’outre-Manche. Les passeurs « vendent » souvent la halte de Sangatte dans leur « package » au départ de Kaboul et du Kurdistan. Plus de 35 000 personnes, venues du monde entier, y seraient passées. Avec un seul but en tête : le Royaume-Uni. [...] Par un effet mathématique – moins nombreux à passer, plus nombreux à attendre – le « stock » augmente dans le camp. Jusqu’à dépasser la limite du supportable : prévu pour 700 personnes, il en « accueillait » ces dernières semaines plus de 1 600 ! (Le Nouvel Observateur, 27/9/01)

France, le prix de l’eau

Un peu partout en France, la diversité des prix de l’eau continue d’alimenter la polémique. Certains payent 4,6 euros (30 F) le mètre cube alors que d’autres, dans des communes voisines, ne doivent s’acquitter que de 0,76 euro (5 F). [...] Les consommateurs peuvent se consoler en considérant que le poste « eau » ne représente qu’à peine 1% du budget des ménages. (La Croix, 1/10/01)

Madagascar, pollution

L’asthme, la tuberculose et le cancer sont les trois maladies qui proviennent essentiellement des conséquences de la pollution dans la capitale ! Cette pollution (beaucoup de plomb dans la fumée des véhicules) est importante en raison de la densité de la population et du caractère nocif des « tacots », souvent âgés de plus de dix ans, qui sont de plus en plus immatriculés à Tana. (La Tribune, 2/6/01)

Madagascar, paludisme

Le paludisme tue chaque année plus que toutes les autres maladies dans le monde. Un enfant, quelque part sur la terre, meurt du palu toutes les trente secondes ! Pour la Grande Ile, cinq décès sur sept sont dus à cette maladie infectieuse (soit 27 000 morts cette année). C’est donc un grand problème de santé pour notre pays, où peu de gens peuvent se payer Nivaquine, Flavoquine ou autre Quinimax. D’où le lancement, hier, d’une super moustiquaire traitée avec du Deltamethrine qui va être mise à la disposition de la population malgache. (Midi, 21/9/01)

Madagascar, l'eau et l'école

Contrairement à de nombreuses régions d'Afrique, Madagascar ne manque pas d'eau puisque les pluies y sont abondantes. Mais Madagascar est une île pauvre et les habitants n'ont pas accès à l'eau courante. Pour boire, ils doivent donc aller à la rivière. […] Ces points d'eau sont responsables de nombreuses maladies chez les Malgaches. Les enfants, en particulier, sont régulièrement victimes de diarrhées qui les clouent au lit.

Il y a deux ans, l'association française Kasih Bunda, qui vient en aide aux enfants d'Afrique, rencontre une Malgache, spécialiste de l'eau. Connaissant les problèmes que posent les rivières à Madagascar, elle lance l'idée d'un projet de puits. […] Kasih Bunda décide de financer la construction de 10 puits. L'association fait donc appel aux bonnes volontés. Plusieurs écoles dans les environs de Grenoble notamment participent à un concours de dessin. A partir de ces dessins, des cartes postales sont éditées et vendues. Bilan des ventes: 10 000 francs.

En décembre 2000, l'eau jaillit d'un premier puits équipé d'une pompe. Depuis, un deuxième a vu le jour et bientôt un troisième. Les enfants, eux, sont déjà gagnants. Jusqu'à présent, la moitié d'entre eux n'allait pas à l'école, souvent parce qu'ils étaient trop malades. Dans les villages équipés d'un puits, ils sont désormais 3 sur 4 à répondre présents.

(Les Clés de l'Actualité junior, 27/09/01)

Unesco, L’eau dans le monde

« Au cours des vingt-six dernières années, les ressources en eau ont diminué de moitié, passant de 13 000 m3 par personne à 7 500 m3 alors que la consommation d’eau a plus que doublé » lance Andras Szöllösi-Nagy, directeur de la Division des Sciences de l’eau et coordinateur pour l’environnement à l’Unesco. La qualité de l’eau se détériore de jour en jour et l’eau potable se fait de plus en plus rare : certains pays ne peuvent compter que sur 200 m3 par personne et par an. [...] Les problèmes liés à l’eau ne peuvent en aucun cas se résoudre en appliquant davantage de technologie ou en posant plus de tuyaux. La question de l’eau touche autant la science que la technologie, l’éducation, la communication, la culture ou les problèmes sociaux, c’est-à-dire tout ce qui regarde l’Unesco. (Sources Unesco, septembre 2001)

Rédaction de la Revue Quart Monde

By this author

CC BY-NC-ND