Danilo Caputo, “Sème le vent”

Film, 2021

Bella Lehmann Berdugo

p. 48

Bibliographical reference

Sème le vent. Danilo Caputo. Fiction. Italie. 1h27. VOST. Sortie 28 juillet 2021

References

Bibliographical reference

Bella Lehmann Berdugo, « Danilo Caputo, “Sème le vent”  », Revue Quart Monde, 259 | 2021/3, 48.

Electronic reference

Bella Lehmann Berdugo, « Danilo Caputo, “Sème le vent”  », Revue Quart Monde [Online], 259 | 2021/3, Online since 01 September 2021, connection on 17 October 2021. URL : https://www.revue-quartmonde.org/10409

Nica a 21 ans, elle abandonne ses études d’agronomie et rentre chez elle dans les Pouilles, région de Tarente, après trois années d’absence. Elle découvre sa région natale polluée et sinistrée et son père endetté, sur le point de vendre leurs oliviers dévastés par un parasite. En hommage à sa grand-mère qui leur a légué l’oliveraie et pour sauver ce patrimoine naturel, Nica va essayer avec ses connaissances scientifiques toutes fraîches et une détermination farouche de trouver l’antidote aux poux bleus, pour sauver les arbres centenaires. Normalement, dans la nature, tout prédateur est aussi une proie, a-t-elle appris, sauf qu’ici la pollution massive a détruit tout équilibre.

L’énorme usine sidérurgique de Tarente qu’on voit en arrière-plan a fourni un temps des emplois locaux à des milliers de paysans qui sont devenus des ouvriers. Mais l’industrialisation n’a pas tenu ses promesses. Il y a le désastre sanitaire : « Il vaut mieux mourir d’un cancer à 50 ans que de misère à 90 ans » dit sobrement un villageois. Il y a aussi le désastre écologique : la nature ne fournit plus les antidotes aux maladies qui surviennent. Il y a enfin le désastre social : les anciens gens de la terre ont oublié leurs racines, leurs savoirs traditionnels.

Nica est nourrie de science et de modernité, mais aussi – par son aïeule – imprégnée de croyances ancestrales comme la magie rituelle ou le tarentisme1, de confiance dans les moyens de guérison naturels. Elle est critique vis-à-vis de son père et des villageois qui attendent les dédommagements des assurances et l’argent de promoteurs : « La maladie est le symptôme de quelque chose de plus grave qui se passe ici » lui dit-elle. Elle s’oppose à ses parents qui souffrent économiquement.

Nica s’attache à une pie, elle-même apparemment très apprivoisée (peut-être l’esprit de sa grand-mère ?). Seule son amie d’enfance, sans emploi et qui ne pense qu’à fuir la région, la soutient dans ses recherches et essais de soins aux arbres. Elle pense aussi qu’à Tarente les gens sont devenus « pollués mentalement », à la fois résignés et inertes.

L’originalité du film2 réside dans le va-et-vient entre réalisme, poésie et magie. Le rythme peut sembler parfois un peu laborieux.

Les scènes de nuit ou dans l’ombre d’une cave mystérieuse sont envoûtantes, ainsi que les plans des vieux arbres noueux, silencieux. Une nature magnifiée apparaît ainsi imposante et forte face à l’usine au loin, obsédante, menaçante, mais probablement vouée à fermer.

Il faut se laisser porter par l’énergie des deux jeunes filles, très différentes l’une de l’autre : personnages attachants, elles incarnent l’espoir. La fin reste ouverte, avec contre toute attente une issue prometteuse. Un cri d’alarme tout en symbole, original, un de plus au cinéma ces temps-ci, très symptomatique des temps actuels.

1 Maladie sévissant dans la région de Tarente, due à la piqûre d’une araignée que l’on soignait avec des rituels de danses.

2 Sème le vent. Danilo Caputo. Fiction. Italie. 1h27. VOST. Sortie 28 juillet 2021.

1 Maladie sévissant dans la région de Tarente, due à la piqûre d’une araignée que l’on soignait avec des rituels de danses.

2 Sème le vent. Danilo Caputo. Fiction. Italie. 1h27. VOST. Sortie 28 juillet 2021.

Bella Lehmann Berdugo

By this author

CC BY-NC-ND