Mettre l’enfant au cœur de la promotion de son milieu

Marcella Vanozzi

Translated by Jean Tonglet

p. 31-36

References

Bibliographical reference

Marcella Vanozzi, « Mettre l’enfant au cœur de la promotion de son milieu », Revue Quart Monde, 267 | 2023/3, 31-36.

Electronic reference

Marcella Vanozzi, « Mettre l’enfant au cœur de la promotion de son milieu », Revue Quart Monde [Online], 267 | 2023/3, Online since 01 March 2024, connection on 23 April 2024. URL : https://www.revue-quartmonde.org/11127

Comment renforcer toute la communauté d’un quartier en partant du souci du développement des petits enfants. Le projet Ip Ip Urrà à Tor Bella Monaca (périphérie de Rome).

Traduit de l’italien par Jean Tonglet.

L’espace est pensé, les lieux sont habités. L’espace est traversé, dans les lieux, on s’arrête. L’espace est abstrait, le lieu est concret. Cependant, le lieu n’est pas seulement un espace déterminé, particulier, défini par des coordonnées précises. Le lieu est lié à la mémoire, aux émotions et au désir. À l’instar de la cité calvinienne d’Ersilia, les lieux sont une toile tissée de relations. Les lieux sont liés à l’histoire vécue, l’espace s’inscrit dans le temps chronométré. Ainsi, alors que les lieux se reconnaissent – se détestent et s’aiment –, les espaces se mesurent, les espaces se mesurent simplement. Il s’ensuit que les lieux sont, pour la plupart, des figures de la différence et de la qualité, les espaces de l’uniformité et de la quantité. Dans le lieu domine le sens originel de rassemblement et de réunion, dans l’espace, celui de l’intervalle et donc de la séparation, de la frontière et du conflit. Mais même si, par la loi je peux te faire de la place ou te la refuser, ce n’est que dans le lieu que je peux t’accueillir. Ce n’est donc qu’ici que l’hospitalité peut avoir lieu. »
Andrea Tagliapietra, « Espace et lieu. Mémoire hospitalière »,
in Xaos, Édition du 01/10/05.

Tor Bella Monaca est un quartier de Rome situé à l’intérieur du 6ème arrondissement (« municipio »), qui compte à lui seul plus ou moins le même nombre d’habitants que la ville de Turin. Une véritable ville, donc, avec des stratifications et des différenciations internes qui sont également très marquées. Dans cet arrondissement, le quartier de Tor Bella Monaca est parmi les plus en difficulté, avec un taux de chômage élevé, surtout chez les femmes, et une forte incidence des activités illégales. C’est aussi l’arrondissement le plus jeune de Rome.

Comme dans d’autres zones marquées par les difficultés et la marginalité, parmi toutes les dimensions de la pauvreté, la dimension éducative est particulièrement pertinente.

Elle commence très tôt, avec la pénurie de services d’accueil et d’éducation de la petite enfance. Dans le 6ème arrondissement, la disponibilité des places en crèche n’est que de 23 %, en dernière position pour l’ensemble de la capitale. Ce chiffre est d’autant plus significatif que cet arrondissement est celui qui compte le plus grand nombre d’enfants en bas âge en termes absolus et en pourcentage1.

Dans ce contexte, grâce au projet et au réseau Ip Ip Urrà et à l’action de l’Association 21 Luglio2, partenaire du projet, il a été possible d’intervenir en promouvant une nouvelle perspective auprès des familles, surtout les plus défavorisées, par l’implication active dans le parcours éducatif des enfants et la création d’opportunités de croissance pour l’ensemble de la famille.

La famille, quelle que soit sa composition, reste le noyau central de l’organisation sociale, le lieu de l’éducation primaire et de la socialisation. Elle a une grande influence dans le processus de construction et de consolidation de l’identité des enfants. Il s’agit donc de mobiliser le potentiel éducatif des familles et des familles d’accueil, de les sensibiliser et d’encourager une culture de la parentalité positive nécessaire pour briser le cycle des désavantages sociaux, psychologiques et émotionnels. Un parent conscient en effet, exercera son action éducative de manière attentive, sensible et empathique, et en tant que parent conscient, il sera plus à même de rendre ses enfants capables de lire et d’interpréter leurs besoins et leurs émotions.

Pour activer ce potentiel éducatif, l’objectif poursuivi est donc de fournir aux familles les outils les plus adaptés.

« Chacun ne grandit que s’il est rêvé », a écrit Danilo Dolci3 : pour cela, il faut d’abord créer des espaces accueillants et sûrs dans lesquels le parent peut se sentir compris et écouté.

Des espaces dans lesquels des échanges, des relations et des réseaux d’entraide puissent se développer. À partir de là, avec des pratiques informelles qui seront mieux expliquées plus tard, le parent crée sa propre « boîte à outils » personnelle.

Son histoire et celle de son enfant s’entremêlent avec d’autres histoires, d’autres parents et d’autres enfants. De la rencontre naissent les opportunités éducatives, qui ne sont rien d’autre que des expériences par lesquelles il faut passer pour en créer d’autres, dans un cheminement qui a été bien décrit par le philosophe de l’éducation John Dewey.

Le Play Hub4 est donc le lieu où ces expériences naissent, grandissent et, comme une vague, trouvent en elles-mêmes la possibilité de créer de nouvelles expériences, de nouveaux entrecroisements, de nouvelles histoires.

Le projet Ip Ip Urrà

Le projet Ip Ip Urrà est issu du réseau national d’organisations du Terzo Settore5 qui s’est formé autour de l’expérience de l’appel à projets biennal « L’enfance d’abord » (Infanzia Prima). Le réseau6 a continué, bien après la conclusion de Infanzia Prima, de se rencontrer, de collaborer et de réfléchir, en considérant que partager méthodologies et expériences représentait une ressource précieuse pour la croissance de leurs territoires. Ils ont imaginé un développement de cet important parcours, et tout cela a convergé dans le projet Ip Ip Urrà, Méthodes et Stratégies informelles pour donner la priorité à l’enfance, qui a été lauréat de l’appel à projets Un pas en avant – promu par la Con i Bambini (Avec les enfants), une entreprise sociale dans le cadre du Fonds pour lutter contre la pauvreté éducative infantile. Les dix organisations, d’origines et de milieux différents, opèrent du Nord au Sud dans des contextes régionaux très différents : banlieues, grandes villes, petites municipalités, etc.

Chaque organisation est reconnue dans sa région pour son travail capillaire en contact étroit avec les communautés locales avec un public cible large et un focus spécifique sur les fragilités économiques et sociales des territoires.

Le réseau se définit comme une communauté de pratiques qui partage des principes et des valeurs sur l’éducation dès la petite enfance. Le projet Ip Ip Urrà promeut la famille, sous ses différentes formes, et la communauté en tant que facteurs premiers et fondamentaux de protection pour le bien-être des enfants, en particulier les plus jeunes et les plus fragiles, c’est-à-dire ceux qui ne sont pas atteints par les services, par l’éducation et par la société parce qu’ils sont enfermés dans les quartiers et les banlieues des villes. Le projet se concentre sur des objectifs clés tels que l’investissement auprès des enfants de 0 à 6 ans, l’engagement durable des parents dans les programmes d’éducation et de formation, la relance et la mise en œuvre de parcours pédagogiques, l’expérimentation de formes d’aide sociale générative et de participation communautaire.

Ip Ip Urrà crée des lieux où les enfants peuvent explorer et cultiver leurs aspirations et leurs désirs, transformant un potentiel caché en une valeur à utiliser dans leur vie. Le projet encourage les processus de formation et de réinsertion professionnelles des adultes, l’épanouissement personnel, la participation et la solidarité mutuelle entre les familles. L’informalité, le jeu, les talents individuels sont au cœur de toutes les stratégies, en commençant par la force de la rencontre et de la mise en réseau.

Ip Ip Urrà encourage le jeu en plein air et dans les espaces publics, le partage d’activités entre parents et enfants, la participation à des événements culturels et à des activités éducatives dont chacun peut s’approcher librement dans les parcs, les places, les banlieues, afin de redécouvrir le pouvoir éducatif de la communauté.

Le projet encourage une attitude de recherche et une réflexion sur le rôle des parents et des adultes conscients, en découvrant la force de l’action collective.

Dix entités réparties dans tout le pays s’engagent dans un défi commun : construire un monde sur mesure pour les filles et les garçons.

Ip Ip Urrà à Rome — Associazione 21 luglio

L’Associazione 21 luglio est une organisation à but non lucratif qui soutient les groupes et les individus en situation de ségrégation et de discrimination extrêmes en protégeant leurs droits et en promouvant le bien-être des filles et des enfants. L’association a été fondée en 2010 en réponse à un acte d’injustice institutionnelle dont a été victime une petite fille de trois ans.

Depuis lors, l’association s’est penchée sur la question des « camps Roms », un système de ségrégation basé sur l’appartenance ethnique qui a emprisonné des milliers de personnes en Italie. L’association s’est mobilisée pour briser ce système, en utilisant une approche basée sur les droits de l’homme et la justice sociale.

En 2015, l’association a commencé à travailler dans le quartier de Tor Bella Monaca à Rome, après avoir obtenu la gestion du Polo ex Fienile (Pôle de l’ancien Fenil, ou Grange), en collaboration avec l’Université de Tor Vergata et l’Association culturelle Psicanalisi Contro. Cela a conduit à un changement progressif de l’organisation de l’association avec l’ajout de nouvelles figures professionnelles capables d’intervenir dans le domaine de l’éducation. L’équipe est devenue pluridisciplinaire, afin de refléter la complexité du quartier.

L’Association 21 Luglio a pour objectif d’apporter un changement systémique dans le quartier de Tor Bella Monaca., en s’appuyant sur des activités de plaidoyer et sur l’autonomisation des femmes et des résidents mineurs.

Le Polo ex Fienile est considéré comme un laboratoire où l’association peut expérimenter des pratiques de changement systémique, dans le but de fournir des modèles vertueux à l’ensemble du système social local et national.

Le changement souhaité s’opère à travers une approche descendante – où l’action principale devient le plaidoyer et les interlocuteurs principaux les décideurs politiques –, et une approche ascendante – où, par le biais d’une activité d’autonomisation, soutenue par une vision communautaire, les protagonistes du changement sont les habitants du quartier.

Dans le quartier de Tor Bella Monaca

Tor Bella Monaca est un quartier confronté à de nombreux défis sociaux. Ces difficultés rendent le travail du projet particulièrement ardu, mais aussi d’une importance fondamentale.

Grâce au projet Ip Ip Urrà, des résultats significatifs ont été obtenus. Depuis son lancement en 2020 le projet a touché environ 280 personnes, dont des enfants et des adultes de différentes nationalités. La plupart des familles concernées sont issues de l’immigration. Les pays d’origine des familles sont principalement l’Europe de l’Est, l’Afrique du Nord et sub-saharienne, l’Amérique du Sud. L’année dernière, le nombre de familles italiennes vivant dans le quartier de Tor Bella Monaca s’est accru.

La contribution de l’Association 21 Luglio au quartier, dans le cadre du projet Ip Ip Urrà, se décline en deux macro-actions qui prévoient une série d’activités visant à atteindre les objectifs de l’association : l’action Fuorigioco et l’action « Talents des jeunes et des personnes âgées ».

Fuorigioco promeut l’expérimentation de lieux informels et la valorisation des espaces publics. Les parcs municipaux, les cours d’école et les jardins, ainsi que les espaces verts délaissés, deviennent des lieux privilégiés de relation, de partage et de croissance commune, des espaces démocratiques à privilégier, à usage public et gratuit, pour la construction d’environnements de soins et d’apprentissage par l’expérience.

Pour cette action, l’Association a activé trois Play Hubs situés dans différentes zones du quartier : deux fixes, l’un à l’intérieur de l’ancien Polo Fienile, l’autre à la paroisse de Santa Maria del Redentore (coordonné par le partenaire territorial VIDES TBM), le troisième est itinérant.

Le Play Hub est un chariot équipé qui se rend deux fois par semaine dans deux des endroits les plus importants du quartier, Largo Mengaroni et Via Castano. Le Play Hub est un espace d’éducation informelle. Il accueille les enfants de 0 à 6 ans qui n’ont pas accès aux circuits éducatifs conventionnels. Dans le Play Hub, les enfants ont la possibilité de participer à des activités de jeu spontané ou des activités structurées telles que des activités créatives, sensorielles et motrices, utiles pour promouvoir la créativité, la confiance en soi et l’autonomie, développer les compétences sociales, émotionnelles et verbales, et promouvoir le potentiel de chaque enfant tout en les aidant dans la transition vers l’éducation formelle.

Les centres de jeux sont également une occasion importante de s’épanouir pour les parents qui ont à la fois la possibilité de discuter avec des éducateurs et d’autres professionnels des questions qui affectent le développement et le bien-être de leurs enfants, et de nouer des relations avec d’autres parents créant et renforçant ainsi les liens avec les autres familles du quartier.

Au sein des Play Hubs, des ludothèques ont été créées, où il est possible d’emprunter des jeux et des livres de qualité sélectionnés pour différents âges. Chaque jeu et chaque livre de la ludothèque a été catalogué avec un code et organisé sur les étagères de manière à être facilement reconnaissable par l’enfant et les parents.

Tous les jeux et livres sont organisés en macro catégories telles que la motricité, la socialisation et le domaine cognitif. Les enfants et les parents peuvent choisir eux-mêmes le jeu ou le livre ou être guidés dans leur choix par les opérateurs.

Dans le cadre de l’action Talents des jeunes et des moins jeunes, l’Association 21 Luglio a mis en place deux parcours destinés aux adultes : Mondes des mères et Activités intergénérationnelles, qui visent tous deux à valoriser l’individu et son bien-être, en redonnant de la valeur à ses capacités et à ses compétences et en les promouvant dans leur propre vie, leur propre contexte et leurs propres relations. Mondes des mères est un groupe interculturel de parents qui partagent leurs expériences, leurs pratiques éducatives et leurs pratiques culturelles liées à l’éducation des enfants et à la parentalité, et qui s’est engagé sur la voie de l’autonomisation. […] Les réunions se déroulent principalement au Polo ex-Fienile, mais grâce à la collaboration avec l’Université de Tor Vergata, il a été possible d’organiser des visites culturelles, éducatives et récréatives à l’extérieur, qui s’adressent non seulement au groupe, mais aussi à la communauté au sens large.

Une fois par semaine, le Play Hub est ouvert pour des Activités intergénérationnelles, auxquelles participent des parents, des personnes âgées et des enfants du quartier. Ces réunions ont pour but de rassembler et d’impliquer des personnes de différentes générations dans des activités de jeu, de narration d’histoires et d’apprentissage intergénérationnel.

[…] Les enfants, les parents et les personnes âgées sortent de l’isolement dans lequel sont souvent plongés les migrants ou les personnes en situation de vulnérabilité sociale et, dans le même temps, sont constamment encouragés à réactiver les compétences qui sont souvent mises de côté dans le processus de migration ou en raison d’autres facteurs socio‑économiques.

Conclusions et réflexions finales

Le projet Ip Ip Urrà montre comment des initiatives ancrées dans la communauté peuvent apporter des changements dans la vie des enfants et des familles socialement défavorisés et dans la communauté elle‑même.

Malgré les difficultés, le projet a eu un impact significatif, en offrant des opportunités éducatives, en créant des réseaux de soutien et en promouvant l’autonomisation des adultes.

Grâce aux activités menées dans le cadre du projet Ip Ip Urrà, les enfants ont l’occasion de jouer, d’apprendre et de développer de nouvelles compétences dans des environnements sûrs, stimulants et inclusifs, ce qui favorise leur développement physique, cognitif et socio-émotionnel et améliore leur préparation à l’école.

Des effets positifs sont également observés sur les familles, qui reçoivent des opportunités de soutien et des ressources pour faire face aux défis de la parentalité, mais aussi de créer des réseaux de soutien informels, qui sont essentiels pour lutter contre l’isolement et favoriser un sentiment d’appartenance à la communauté et à la société.

Les quartiers périphériques, tels que Tor Bella Monaca, marqués par la solitude et la fragilité, sont des terrains où il faut concentrer les ressources et la réflexion sur tout ce qui peut activer le sentiment d’appartenance à une communauté et favoriser la participation à la vie sociale.

1 Source : « Les lieux d’accueil pour la petite enfance à Rome », rapport OpenPolis.

2 www.21luglio.org. Voir aussi https://www.revue-quartmonde.org/10082

3 Sur Danilo Dolci, voir l’article paru dans le n° 224 de la Revue Quart Monde : https://www.revue-quartmonde.org/5472

4 Littéralement : « Centre de jeux ».

5 Terme utilisé en Italie pour parler du monde associatif et du secteur non-profit.

6 Réseau composé de Chi Rom e chi no (NA), Educazione Progetto (TO), Il Cantiere (BG), Libera Compagnia Arti & Mestieri Sociali (MI), L’Abbaino (FI),

1 Source : « Les lieux d’accueil pour la petite enfance à Rome », rapport OpenPolis.

2 www.21luglio.org. Voir aussi https://www.revue-quartmonde.org/10082

3 Sur Danilo Dolci, voir l’article paru dans le n° 224 de la Revue Quart Monde : https://www.revue-quartmonde.org/5472

4 Littéralement : « Centre de jeux ».

5 Terme utilisé en Italie pour parler du monde associatif et du secteur non-profit.

6 Réseau composé de Chi Rom e chi no (NA), Educazione Progetto (TO), Il Cantiere (BG), Libera Compagnia Arti & Mestieri Sociali (MI), L’Abbaino (FI), Mignanego (GE), Comunità Progetto Sud (Lamezia Terme), Fermenti Lattici (LE), Ecosmed (ME), 21 Luglio (RM).

Marcella Vanozzi

Marcella Vanozzi est diplômée en psychologie, travaille depuis plus de dix ans avec des enfants de différentes tranches d’âge dans le cadre de projets éducatifs. Elle est responsable du projet Ip Ip Urrà au sein de l’Association 21 Luglio à Rome. Elle croit dans le potentiel extraordinaire de l’enfant, même quand il est tout petit, et dans la responsabilité des adultes et de toute la communauté de reconnaître et valoriser ce potentiel, à travers des lieux et des occasions pour prendre soin de son développement et de son bien‑être.

CC BY-NC-ND