Des existences précaires en tous pays…

Rédaction de la Revue Quart Monde

References

Electronic reference

Rédaction de la Revue Quart Monde, « Des existences précaires en tous pays… », Revue Quart Monde [Online], 172 | 1999/4, Online since 01 June 2000, connection on 26 September 2021. URL : https://www.revue-quartmonde.org/2660

Brésil : La dame qui fouillait les poubelles

Elle était habituée à fouiller dans les poubelles et les décharges à la recherche de papiers, cartons et autres produits recyclables ; la voilà soudain sous les feux de l’actualité. La Brésilienne Maria das Graças Marçal, alias Dona Geralda, vient de se rendre à Brasilia, la capitale brésilienne, pour y recevoir un prix de l’UNESCO. Le mérite de Dona Geralda, c’est d’avoir rendu leur dignité aux ramasseurs de papiers de Belo Horizonte, la capitale de l’Etat de Minas Gerais. A la tête de l’association Asmare qui les regroupe, elle a obtenu pour eux le statut de partenaires des services municipaux de voirie, ce qui leur permet de toucher trois fois plus que le salaire minimum, au lieu des sommes misérables qu’ils gagnaient autrefois. L’association compte 235 membres, qui collectent 450 tonnes de matériaux recyclables par an. Pour faire partie de l’Asmare, il faut impérativement envoyer ses enfants à l’école. Ayant perdu son père à l’âge de 3 ans, Dona Geralda a commencé à récupérer des papiers à 8 ans. Elle a donné naissance au premier de ses neufs enfants à 16 ans. Ce n’est qu’à 49 ans qu’elle a appris à écrire. Interviewée par l’hebdomadaire Veja, elle déclare fièrement : « Désormais, c'est moi qui signe les chèques des salariés de l'association. » (Courrier international, 474 du 2-8/12/99).

France : A Redon, le commerce aide les chômeurs

Depuis juillet, les demandeurs d’emploi du pays de Redon peuvent bénéficier d’une carte de réductions, valable dans une soixantaine de commerces. Une idée lancée par l’association Ensemble face au chômage, et qui ne demande qu’être reprise.

Proposée aux demandeurs d’emplois et aux précaires (Contrats emploi solidarité, stagiaires) du pays de Redon, elle serait renouvelable tous les trois mois, tant que la situation de la personne concernée n’a pas évolué. (...) La carte, gratuite, est lancée le 1er juillet. En deux mois, 148 personnes viennent la retirer au local d’Ensemble face au chômage. Encore au stade expérimental, la carte franchira un palier début octobre. Principale nouveauté, elle devient payante. « Nous en avons discuté entre nous et avec les premiers intéressés. Il nous a semblé normal, à tous, de demander une contribution de 10 F. » (Ouest-France 23-9-99).

France : plus citoyens... et plus illettrés

Les Nordistes et les Picards sont plus citoyens que les autres. Mais ils sont aussi plus nombreux à lire avec difficulté. Voilà l'un des principaux enseignements d'une année « journée d'appel de préparation à la défense ».

Les tests d’évaluation de la langue française ont permis de découvrir que près de dix Français sur cent éprouvaient des difficultés à lire. Sur ces dix, près de quatre, en grave difficulté, ne sont pas à même de lire ni d’écrire. (Voix du Nord 8-10-99).

France : plus de femmes et d’enfants en centres d’hébergement

Début 1998, quelque 22 000 personnes étaient logées en centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) : parmi elles, le nombre de femmes et d’enfants ne cesse de progresser depuis dix ans, indique une étude de la DREES (direction statistique du ministère de la solidarité) parue hier. Parmi ces 22 000 personnes, on compte 15 700 adultes et 6 500 enfants.

Le nombre des familles monoparentales (neuf fois sur dix des femmes seules avec enfants) est allé croissant, passant d’un peu plus de 10 % à presque 20 %. En 1985, les enfants occupaient 22 % des places et ce taux est passé à 29 % en 1998. La moitié de ces enfants a moins de 6 ans.

D’une manière générale, les personnes hébergées sont jeunes : 60 % ont moins de 35 ans et les femmes seules sont plus jeunes que les hommes seuls. Six adultes sur dix sont au chômage ou inactifs. (Sud-Ouest, 1 - 9 - 99).

Suisse : La décision d’arracher un enfant à son foyer

« Arracher un enfant à son milieu familial est une agression parmi les plus violentes qu’on puisse imaginer », explique Jean Valet, chef du SPI. Mais le risque est qu’une telle agression devienne routinière chez des assistants sociaux habitués à devoir y recourir. Le but d’un placement doit être un moyen donné à la famille de se répartir l’éducation de son enfant, un outil, et non une mesure de substitution. La multiplication, ces dernières années, du nombre d’intervenants dans le suivi des enfants placés accroît aussi les risques de conflits entre les acteurs qui se renvoient la balle. L’enfant en souffre. Il faut vraiment développer la concertation. (Le Courrier, 19-11-99).

France : Un toit pour les sans abris

Jean-Loup Hassan, directeur de l’accueil à l’Entraide à Tours souligne la forte augmentation de femmes battues ou en rupture conjugale qui se retrouvent à la rue, depuis deux ans. Le problème des couples demandant un abri a lui aussi « explosé… » depuis 18 mois. (Nouvelle République 3-12-99).

France : L’épicerie solidaire a du cœur

C’était il y a un an. Un groupe de chômeurs de l’association « Droit au travail » réunis autour de Claudine, Rmiste à l’époque, créant l’« épicerie solidaire ». Premiers bilans...

Cette initiative originale permet aux plus démunis de nos contemporains d’acheter des marchandises à 20 % seulement de leur valeur sur le marché.

Si pour jouir des bienfaits de l’épicerie solidaire, ces mêmes personnes doivent toujours faire la preuve qu’elles ont moins de 40 francs par jour pour survivre, il leur est par contre donné de choisir les denrées alimentaires dont elles ont envie. Dans la mesure des stocks disponibles bien sûr. « Je paye donc j'existe ! » Autre fait important : ces personnes payent leur nourriture... Elles s’approvisionnent ainsi « dans la dignité sans avoir le sentiment d'être assistées ». (La Croix du Nord, 24-12-99).

Italie : Contrer la pauvreté

Avancer l’introduction du revenu minimum d’insertion, actuellement en phase d’expérimentation dans 30 communes.

C’est la proposition faite par le ministre de la solidarité sociale, Livia Turco, pour lutter contre la pauvreté qui, selon les données ISTAT frappe en Italie 11,8 % de la population c’est-à-dire plus que 7 millions de personnes. Jeunes et personnes âgées sont les deux catégories à risque.

Depuis un an environ on expérimente dans 39 communes le revenu minimum d’insertion qui peut être demandé par celui qui a un revenu inférieur à un demi million par mois pour une personne, avec augmentation possible selon les charges familiales. La phase d’expérimentation devrait se terminer le 31 décembre de l’an 2 000 et sur la base de l’expérience faite on devrait décider si et comment étendre à l’échelle nationale le chèque de pauvreté. (Corriere della Sera 26-11-99).

Grande-Bretagne : Echec au couvre-feu

Les deux types de mesures de couvre-feu (zones locales de couvre-feu et mesures de sécurité pour l’enfant) n’ont pas retenu l’intérêt des magistrats ni de la police. La mesure de couvre-feu local pour les enfants de moins de dix ans n’a pas été utilisée et la mesure de sécurité selon laquelle un enfant de moins de dix ans, risquant d’être impliqué dans un délit, est confiné à la maison pour des périodes précises n’a été utilisée qu’une seule fois. (The Guardian, 19-08-99).

Grande-Bretagne : La crise de l’écrit

Environ la moitié des enfants quittant l’école primaire sont incapables de rédiger une simple histoire en utilisant l’orthographe, la grammaire et la ponctuation de base. (...) Le problème de la lecture n’est pas aussi sérieux que celui de l’écriture. (The Observer, 1-08-99).

Unicef : La situation des enfants du monde

Le rapport annuel de l’Unicef, publié lundi 13 décembre, sur la situation des enfants dans le monde, dresse « à l'aube du XXIe siècle », un « bilan en demi-teinte, où alternent le constat d'évolutions très positives mais aussi d'échecs massifs, indiscutables ». L’Unicef se félicite du fait que dans 125 pays, près de 80 % des enfants soient aujourd’hui vaccinés contre les maladies les plus meurtrières, que le nombre d’enfants scolarisés dans le monde n’ait jamais été aussi important qu’aujourd’hui, et que la protection juridique des enfants progresse. Mais la mortalité des jeunes enfants demeure à des niveaux inacceptables ; l’élimination des fœtus ou bébés de sexe féminin est une pratique courante, en Asie du Sud notamment ; 130 millions d’enfants, en majorité des filles, sont privés de tout accès à l’école ; 250 millions d’enfants de 5 à 14 ans travaillent ; l’exploitation sexuelle des mineurs demeure un fléau... « Ni la pauvreté ni l'inégalité n'ont décru au cours des dernières décennies, bien au contraire », conclut l’Unicef. (Le Monde 14-12-99).

CC BY-NC-ND