Pauvreté aux multiples causes

Rédaction de la Revue Quart Monde

References

Electronic reference

Rédaction de la Revue Quart Monde, « Pauvreté aux multiples causes », Revue Quart Monde [Online], 221 | 2012/1, Online since 05 November 2012, connection on 24 October 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/5296

Index chronologique

2012/1

Arménie : Les enfants, premières victimes de la pauvreté

Plus de 40 % des enfants vivaient en-dessous du seuil officiel de pauvreté en Arménie en 2010, selon un rapport rendu public récemment par le gouvernement arménien, qui affinait son étude sur la progression de la pauvreté dans le pays, sous l’effet de la crise économique et financière mondiale de 2008…

Ce rapport est à mettre en regard avec une autre étude, publiée par le Conseil de l’Europe, qui pousse un cri d’alarme concernant la « préférence aux mâles » toujours en vigueur en Arménie, comme d’ailleurs dans la Géorgie et l’Azerbaïdjan voisins… Et la progression de la misère, qui frappe des catégories de la population estimant qu’un garçon est mieux à même de subvenir à ses besoins et plus tard à ceux de ses parents, pourrait renforcer la tendance. (Web : Nouvelles d’Arménie magazine, 14/12/11)

France : Tahiti, un paradis ?

Dans la décharge de Faaa, près de Papeete, des familles farfouillent les ordures. "C'est bientôt la Noël, et on est obligé de venir ici, sinon il n'y aura pas de cadeaux pour les enfants", déplore un jeune père. Signe que la pauvreté progresse en Polynésie, les demandes d'aide alimentaire ont explosé… L'augmentation de la pauvreté est difficile à quantifier dans une collectivité d'outre-mer à la très large autonomie qui ne dispose ni de caisse de chômage ni de RSA… En 2006, 1 000 familles ont été aidées, en 2010 ce sont 4 300 familles qui ont bénéficié d'un soutien.  La Polynésie traverse une grave crise économique, et connaît une forte instabilité politique depuis 2004, avec 13 gouvernements en 7 ans. (Web : AFP, Nouvelles Calédoniennes, 24/12/11)

Maroc : Mères célibataires

Cachés, des milliers d'enfants au Maroc grandissent sans père et sont élevés par leur mère. Majoritairement issues de milieux défavorisés, ces femmes luttent contre la stigmatisation et la précarité… À l'échelle nationale, 61% des mères célibataires ont moins de 26 ans. Exclues...

Les dispositions du code de la famille concernent la femme en tant qu'épouse. Les relations sexuelles hors mariage constituent un délit passible d'emprisonnement d'un mois à un an, comme stipulé dans l'article 490 du code pénal. Elles sont donc considérées comme hors la loi…

Cette exclusion, conjuguée à l'analphabétisme et à la pauvreté poussent certaines jeunes femmes à envisager le suicide, l'abandon de l'enfant et parfois même l'infanticide. D'autres, pour survivre avec leur enfant, sont amenées à mendier ou à se prostituer. Lorsqu'elles trouvent du travail, elles sont souvent reléguées dans des emplois mal payés, informels, sans aucune garantie de stabilité ni de sécurité sociale…

Des centres de formation et de bienfaisance, des associations et des personnes de bonne volonté réussissent à prendre en charge un certain nombre de ces « mères ». (Web : Yabiladi, 26/12/11)

Nigéria : Les ravages du Noma

Le noma est une terrible maladie. Les malades voient leur visage dévoré par une bactérie. Encore méconnu, près de 500 000 personnes en souffriraient selon l’Organisation mondiale de la santé. Le noma touche surtout des enfants en manque de nutrition ou d’hygiène buccale, qui vivent dans une grande pauvreté. L’Afrique est l’un des continents les plus touchés…

Ceux qui « survivent à la maladie ne sont en effet pas vraiment chanceux. Ils doivent vivre avec de terribles crevasses dans leur visage », a confié Jan Sluimers à la radio néerlandaise RNW, docteur en chirurgie plastique et président de l’Association du Noma, aux Pays-Bas. L’association se rend à Sokoto, dans le nord du Nigéria deux semaines par an pour tenter de redonner un visage aux patients… D’après Jan Sluimers, l’opération change complètement leur vie. « En leur donnant un nouveau visage, on leur donne une nouvelle vie, dit-il. Ces gens peuvent de nouveau être acceptés dans la société, même s’ils continueront à avoir un visage un peu déformé. » (Web : Afrik com 02/11/11)

Rédaction de la Revue Quart Monde

By this author

CC BY-NC-ND