Journée pour l’abolition de l’esclavage : l’engagement des religions

Rédaction de la Revue Quart Monde

p. 33

References

Bibliographical reference

Rédaction de la Revue Quart Monde, « Journée pour l’abolition de l’esclavage : l’engagement des religions », Revue Quart Monde, 233 | 2015/1, 33.

Electronic reference

Rédaction de la Revue Quart Monde, « Journée pour l’abolition de l’esclavage : l’engagement des religions », Revue Quart Monde [Online], 233 | 2015/1, Online since 01 October 2015, connection on 23 September 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/6106

Pour la première fois de l’histoire, le 2 décembre 2014, les chefs des communautés catholique, anglicane et orthodoxe, ainsi que bouddhiste, hindoue, juive et musulmane, s’engagent conjointement dans le cadre d’une lutte commune contre l’esclavage. À l’occasion de la Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage, ils se sont réunis à Rome afin de signer une déclaration commune, dans laquelle l’esclavage est considéré comme un crime contre l’humanité.

Déclaration commune contre l’esclavage

Nous, soussignés, sommes réunis ici aujourd’hui dans le cadre d’une initiative historique visant à susciter une action spirituelle et concrète de la part de toutes les confessions et personnes de bonne volonté partout dans le monde, afin d’éradiquer de manière définitive l’esclavage moderne dans le monde d’ici 2020.

Aux yeux de Dieu1, chaque être humain est une personne libre, qu’il soit un garçon ou une fille, une femme ou un homme, et est destiné à exister pour le bien de tous en toute égalité et fraternité. L’esclavage moderne, sous la forme de traite des êtres humains, de travail forcé et de prostitution, de trafic d’organes, et de toute relation qui va à l’encontre de la conviction selon laquelle tous les êtres humains sont égaux et bénéficient du même droit à la liberté et la dignité, est un crime contre l’humanité.

Nous nous engageons aujourd’hui à faire tout ce qui est en notre pouvoir, au sein de nos communautés religieuses et au-delà, pour travailler ensemble pour la liberté de tous ceux qui sont réduits en esclavage et victimes de traite, afin de leur redonner un avenir. Aujourd’hui, nous avons la possibilité, la conscience, la sagesse, l’innovation et la technologie pour atteindre cet impératif humain et moral.

Signataires

Pape François, Mata Amritanandamayi (Amma), Bhikkhuni Thich Nu Chan Khong (représentant Zen Master Thích Nhất Hạnh), Datuk K Sri Dhammaratana, grand prêtre de Malaisie, Rabbin Abraham Skorka, Rabbin David Rosen, Abbas Abdalla Abbas Soliman, sous-secrétaire d’État d’Al Azhar Alsharif (représentant Mohamed Ahmed El-Tayeb, Grand Imam d’Al-Azhar), Grand Ayatollah Mohammad Taqi al-Modarresi, Sheikh Naziyah Razzaq Jaafar, conseiller spécial du Grand Ayatollah (représentant Grand Ayatollah Sheikh Basheer Hussain al Najafi), Sheikh Omar Abboud, Mgr Justin Welby, archevêque de Cantorbéry, Métropolite Emmanuel de France (représentant le patriarche Bartholomaios)

Des dirigeants d’organisations internationales, des organisations et des entreprises de la société civile ont également assisté à la signature de la déclaration.

Sur ce sujet, le pape François a consacré son message du 1° janvier 2015 pour la Journée mondiale de la Paix2.

1 Le Grand Imam d’Al Azhar utilise le mot « religions ».

2 À lire sur le site : http://w2.vatican.va/content/francesco/fr/messages/peace/documents/papa-francesco_20141208_

1 Le Grand Imam d’Al Azhar utilise le mot « religions ».

2 À lire sur le site : http://w2.vatican.va/content/francesco/fr/messages/peace/documents/papa-francesco_20141208_messaggio-xlviii-giornata-mondiale-pace-2015.html

Rédaction de la Revue Quart Monde

By this author

CC BY-NC-ND