Marie Popelin, première femme belge docteure en droit

Jacques Fierens

p. 17-20

References

Bibliographical reference

Jacques Fierens, « Marie Popelin, première femme belge docteure en droit », Revue Quart Monde, 257 | 2021/1, 17-20.

Electronic reference

Jacques Fierens, « Marie Popelin, première femme belge docteure en droit », Revue Quart Monde [Online], 257 | 2021/1, Online since 01 September 2021, connection on 13 April 2021. URL : https://www.revue-quartmonde.org/10150

À première vue, le combat de Marie Popelin peut être jugé vain et perdu. L’auteur montre ce que cette femme éprise de justice a gagné au regard de l’Histoire et du combat féministe. Sur ce terrain précis d’un combat pour la reconnaissance d’une véritable citoyenneté se rejoignent tous les exclus, jusqu’à aujourd’hui.

On ne peut pas dire que Marie Popelin a connu la pauvreté, au contraire. Toutefois, en y réfléchissant un peu, bien des choses la rapprochent des pauvres et des combats qu’ils mènent.

Elle naît en 1846 à Schaerbeek, aujourd’hui commune du Grand Bruxelles, dans un monde où le capitalisme triomphant écrase de misère la plus grande partie de la population. Le bourgmestre de la capitale estime à l’époque que le nombre de personnes assistées par les bureaux de bienfaisance atteint 32 000 pour une ville qui compte 160 000 âmes. Marie Popelin a la chance d’appartenir à une famille certes bourgeoise, mais cultivée, moderne.

Dans un monde dirigé par les hommes

En ce 19e siècle et depuis des millénaires, en Belgique comme ailleurs, les femmes sont considérées comme inférieures aux hommes. La politique, l’économie, les familles, les milieux professionnels sont dirigés exclusivement par les hommes, pour longtemps encore. Le droit infantilise les femmes comme il exclut les pauvres. Depuis l’indépen...

1 B. S. Chlepner, Cent ans d’histoire sociale en Belgique, Bruxelles, Éd. de l’Université de Bruxelles, 1956, p. 14.

2 Cette distinction entre citoyens actifs et citoyens passifs, imaginée par Siéyes et intégrée dans la Constitution française de 1791 (Voy. S. Rials

3 Voy. É. Gubin, C. Jacques, V. Piette et J. Puissant, Dictionnaire des femmes belges. XIXe et XXe siècles, Bruxelles, Racine, 2006.

4 Voy. B.J. Baudart, Isabelle Gatti de Gamond et l’origine de l’enseignement secondaire des jeunes filles en Belgique, Bruxelles, Librairie Castaigne

5 Conclusions du procureur général Van Schoor devant la Cour d’appel, Journal des tribunaux, 1888, col. 1465 et ss. Pour de plus larges extraits, voy.

6 Bruxelles, 12 décembre 1888, Journal des tribunaux, 1888, col. 1465 et ss.

7 Cass., 11 novembre 1889, Pasicrisie, 1890, I, 10.

8 B. Geremek, Inutiles au monde. Truands et misérables dans l’Europe moderne, 1350-1600, tr. fr., Paris, Éd. Gallimard, 1980. Voir aussi Revue Quart

9 L’auteur de ces lignes se souvient d’une affaire portée en 1990 devant la Commission européenne des droits de l’homme au nom de Mme Van Volsem, dans

10 Aristote, Politique, 1252a-1260b. Augustin d’Hippone, Questions sur l’Heptateuque, I, § 153.Thomas d’Aquin, Somme théologique, Ia, Q. 92, art. 2.

11 On songe notamment à l’inventeur de l’assistance publique au 16e siècle, Juan Luis Vivès. Voy. son De subventione pauperum (1526) (tr. fr. J. 

12 Aristote, Politique, ibidem.

Jacques Fierens

Jacques Fierens est docteur en droit et licencié en philosophie. Il est professeur émérite de l’Université de Namur, de l’Université de Liège et de l’Université catholique de Louvain. Il est avocat au barreau de Bruxelles et allié du Mouvement ATD Quart Monde depuis 1977.

By this author

CC BY-NC-ND